Mises sous pression par Christine Lagarde, à l'époque ministre de l'économie, les banques françaises se sont engagées il y a un an à améliorer la transparence de leurs forfaits de services. Ont-elles tenu promesse ? Revue de détails.

Dans les recommandations publiées le 21 septembre 2010 par le CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier), les banques s’engageaient à mettre en place une « nouvelle génération de forfaits personnalisables par le client » et à garantir que ces « forfaits présentent toujours un avantage tarifaire par rapport à l’offre à la carte. » L'Observatoire des frais bancaires donnera bientôt son point de vue sur l'application de ces mesures, puisque son premier rapport, initialement prévu pour le 15 septembre, est attendu « dans le courant de l’automne », selon le secrétariat général du CCSF.

En attendant, nous avons demandé à cinq banques de détailler leurs avancées en la matière. Nous avons également vérifié directement sur leurs sites Internet et dans leurs brochures tarifaires. Pour les besoins de la comparaison, nous n'avons pris en compte que les produits et services inclus par défaut dans les forfaits de base, et pas les services optionnels. Nous avons également laissé de côté certains tarifs, comme le surcoût des retraits par carte hors réseau, les pratiques des banques en la matière étant trop hétérogènes.

La Banque Postale

D’après sa porte-parole, la filiale de la Poste avait dès 2009 mis en place une formule de compte personnalisable. Le forfait de base comprend une carte Mastercard ou Visa, une assurance perte et vol, des alertes SMS, un découvert autorisé et une franchise d’agios. Au détail, le coût de ses différents services atteint 5,82 euros par mois. Le forfait est lui proposé à 4,87 euros par mois, soit une économie de 16,32%.

Grâce à un service baptisé « Ma banque Self-Service », la Banque Postale permet d’ouvrir et de paramétrer précisément sa formule sur Internet. Petit plus, le coût mensuel du forfait y est actualisé en temps réel, en fonction des options choisies. Très pratique.

BNP Paribas

A la suite des recommandations du CCSF, BNP Paribas a « légèrement modifié », dixit sa porte-parole, son offre. Son principal package s’appelle « Esprit Libre Référence », et il est décliné en plusieurs versions, selon l’âge et le profil du client. La formule de base comprend une carte Visa, un découvert autorisé avec franchise d’agios, une assurance perte et vol et un produit de prévoyance en cas de décès accidentel.

« A la carte », ces services reviennent à 8,41 euros par mois. Au forfait, ils sont facturés 8,26 euros par mois. Soit une petite économie de 1,78%. Toutefois, BNP Paribas ajoute dans son package des services optionnels gratuits, comme les alertes SMS ou les chèques de banque. En les prenant en compte, BNP Paribas parvient à afficher un avantage tarifaire supérieur à 5%, comme promis par la banque.

Sur son site internet, BNP Paribas permet de comparer facilement les prix des cartes bancaires présentes dans son catalogue. Mais pour les autres services, il faut consulter sa brochure tarifaire.

Crédit Agricole Nord de France

Comme ses concurrents, le Crédit Agricole propose plusieurs versions de son Compte Service, en fonction du profil du client. Le plus courant, le Compte Service Confort, comprend une carte Visa ou Mastercard, un découvert autorisé, une assurance perte et vol et des alertes SMS.

Le package est facturé 8,90 euros par mois. Si on souscrit les mêmes services hors package, ils reviennent à 9,49 euros par mois. La différence est donc de 6,22%. Par ailleurs, le Crédit Agricole inclut gratuitement des services optionnels dans son forfait, notamment la prise en charge des frais d’opposition sur chèque et de réédition du code secret de la carte.

Le Crédit Agricole n’a pas prévu, sur son site, la possibilité de comparer facilement le prix du forfait, par rapport au prix catalogue. Pour cela, il faut éplucher leur brochure tarifaire.

Crédit Mutuel Nord Europe

La formule de base au Crédit Mutuel, baptisée Eurocompte Confort, comprend une carte Visa ou Mastercard, les frais de tenue de compte, la gestion du compte par internet et une assurance perte et vol. Elle est facturée 7,24 euros par mois. Les mêmes services à la carte sont facturés 8,43 euros. Le gain avec le forfait est donc de 14,12%.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le Crédit Mutuel propose par ailleurs aux souscripteurs du package des services optionnels gratuits, comme le découvert, le chèque de banque ou un forfait de retrait hors réseau, ainsi que des tarifs réduits sur les services optionnels payants.

Contrairement aux autres banques, il a prévu sur son site une page qui met très clairement en évidence l’avantage tarifaire du package. Un bon point.

Société Générale

En janvier dernier, la SocGen a revu la formule de son offre groupée de services baptisée Jazz, pour l’adapter aux recommandations. Le socle de services de base, comprend une carte de paiement internationale, un découvert autorisé et une assurance perte et vol.

Ce forfait est facturé 7,50 euros par mois. A la carte, les mêmes services reviennent à 6,25 euros. Pour obtenir un véritable avantage tarifaire en faveur du forfait, il faut inclure dans le calcul les nombreux services optionnels gratuits : choix du code secret de la carte, forfait de retraits hors réseau, prise en charge des frais de remplacement des moyens de paiement, chèque de banque, frais d’opposition sur chèque... La Société Générale propose par ailleurs quatre forfaits optionnels payants, permettant de disposer, par exemple, d’alertes SMS ou d’une exonération d’agios.

Grâce à son Agence Directe, elle autorise l'ouverture et le paramétrage du compte à distance. Toutefois, pour comparer les tarifs, il faut se reporter au préalable à sa brochure tarifaire. Celle-ci a le mérite d’avoir été récemment revu, et d’être très claire.

Un tour de passe-passe ?

Au premier abord, toutes les banques examinées semblent avoir respecté à la lettre les engagements pris face au CCSF en mettant en place des packages personnalisables, qui distinguent un forfait de base, comprenant les services essentiels au quotidien, et des services optionnels. Toutefois, cette distinction nous semble assez artificielle. Accusées d'inclure dans leurs forfaits des services inutiles au quotidien (chèque de banques, frais d'opposition...), certaines banques se sont contentées de les retirer du socle de base pour les transformer en services optionnels « gratuits ». Un simple tour de passe-passe marketing.

Conséquence : l’avantage tarifaire des forfaits par rapport aux prix catalogue n’est pas toujours évident, notamment à la Société Générale et chez BNP Paribas. A l’inverse, la Banque Postale est allée au bout de la logique en proposant un forfait de base ne comprenant que les services essentiels pour un prix modéré, mais sans options gratuites.