Deux hommes soupçonnés d'avoir piraté des cartes bancaires selon un nouveau mode opératoire ont été mis en examen vendredi au tribunal judiciaire de Paris et incarcérés, a appris samedi l'AFP de sources concordantes.

De nationalité bulgare, les deux hommes, âgés de 41 et 43 ans, ont été interpellés mercredi, dans le cadre d'une enquête ouverte en février et confiée à la Brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP), selon une source proche du dossier.

Ils ont été mis en examen vendredi par un juge d'instruction parisien notamment pour escroquerie en bande organisée, accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, et extraction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé de données, a indiqué une source judiciaire. L'un d'eux a été placé en détention provisoire. L'autre a demandé un débat différé sur ce sujet et a été incarcéré en attendant.

Des retraits de 400 euros

Les investigations ont commencé après que le Groupement des cartes bancaires CB (GIE CB) a avisé les services de police d'un nouveau phénomène de piratage de cartes bancaires à partir d'un automate de paiement du parking de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, selon la source proche.

Au moment où les victimes payaient le parking, un boîtier installé frauduleusement dans l'automate captait des données et permettait aux escrocs de procéder quasi-simultanément à des retraits dans des distributeurs automatiques, de 400 euros à chaque fois.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Les enquêteurs ont ensuite découvert d'autres boîtiers de piratage. A ce jour, quelque 300 victimes ont été recensées pour un préjudice de 39.000 euros.