Les banques françaises bénéficieront de la hausse prochaine des taux d'intérêt de la BCE, qui sera bénéfique pour leurs marges, a affirmé mardi le gouverneur de la Banque de France en marge de la publication du rapport d'activité 2021 de l'ACPR.

« La remontée des taux, dès lors qu'elle est ordonnée et bien gérée, va être favorable au secteur financier », a déclaré M. Villeroy de Galhau. Elle « devrait soutenir la rentabilité des banques françaises, en augmentant leurs marges nettes d'activité », a-t-il continué, balayant les éventuelles « inquiétudes » de ces dernières, notamment sur une baisse potentielle des volumes.

Les banques françaises ont affiché en 2021 des résultats records : plus de 9 milliards d'euros pour BNP Paribas et le groupe Crédit Agricole, 5,6 milliards d'euros pour Société Générale.

Bourse : Société Générale, BNP Paribas... Faut-il miser sur votre banque ?

Vers une « normalisation monétaire »

S'appuyant notamment sur les chiffres de l'inflation publiés mardi par l'Insee, qui atteint 5,2% en mai sur un an en France, le gouverneur a rappelé « la nécessité d'une normalisation monétaire progressive mais résolue » de la politique monétaire européenne.

Le 6 mai déjà il avait estimé « raisonnable » que la Banque centrale européenne (BCE) mette un terme aux taux négatifs « d'ici à la fin de cette année ». Les hausses de taux d'intérêt font partie de l'arsenal de mesures que la BCE se prépare à adopter afin de mettre progressivement fin à sa politique monétaire très accommodante.

La Banque de France engagera par ailleurs une discussion cet été avec les acteurs de l'assurance vie, qui méritent une rémunération juste mais plus transparente, a précisé M. Villeroy de Galhau.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Interrogé à propos du taux du livret A, le gouverneur a par ailleurs précisé qu'il fallait « s'attendre à une nouvelle hausse » proposée par la Banque de France en juillet. Fixé à 1% depuis le 1er février, le taux du livret A répond à une formule intégrant le taux d'inflation moyen des six derniers mois ainsi que la moyenne des taux interbancaires.

L'intervention du gouverneur s'est tenu en marge de la publication du rapport annuel de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), adossée à la Banque de France et en charge de la surveillance de l'activité des banques et des assurances.