BPCE a doublé son bénéfice net sur un an au troisième trimestre, à 1,33 milliard d'euros, tiré par l'ensemble de ses activités, selon les données publiées jeudi par le groupe bancaire mutualiste.

Comparé au troisième trimestre 2019, soit avant l'irruption de la pandémie de Covid-19, le bénéfice est en hausse d'environ 40%. Le produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, s'est élevé à 6,3 milliards d'euros, en hausse de 14,2% sur un an.

Comme lors du précédent trimestre, « la dynamique commerciale a été forte ce trimestre dans tous nos métiers qui ont su, dans ce contexte de relance, accompagner les projets de tous nos clients », s'est félicité Laurent Mignon, président du directoire, cité dans le communiqué.

Dans le détail, le pôle « banque de proximité et assurance » a affiché une hausse de 7,2% de ses revenus au deuxième trimestre, à 4,39 milliards. Quant au pôle « global financial services », qui inclut les activités de gestion d'actifs, de fortune et la banque de grande clientèle, il a vu ses revenus grimper de 22,2% sur un an, à 1,76 milliard d'euros.

A l'instar des autres groupes bancaires, BPCE a également vu son coût du risque, c'est-à-dire les sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits consentis, décroître, avec 342 millions d'euros provisionnés (-42% par rapport au troisième trimestre 2020).

« Le coût du risque des neuf premiers mois de 2021 reste cependant supérieur à celui des neuf premiers mois de 2019 (+ 25,2%), en conséquence d'une politique de provisionnement toujours prudente », a cependant précisé le groupe mutualiste dans son communiqué.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

De janvier à fin septembre, le PNB s'est établi à 18,75 milliards, soit +15,5% sur un an et +7,3% par rapport à 2019. Enfin, sur le plan stratégique, « notre projet de simplification avance selon le calendrier prévu et l'annonce de la rationalisation de nos relations avec la Banque Postale constitue un volet complémentaire à ce projet », a précisé Laurent Mignon dans le communiqué.

BPCE a remodelé l'organisation du groupe, notamment en retirant sa filiale Natixis de la cote, après avoir acheté les parts qui lui manquaient. Et la semaine dernière, La Banque Postale et BPCE ont annoncé un protocole d'accord. La Banque Postale rachètera les parts de BPCE dans CNP Assurances, tandis que BPCE rachètera les participations de La Banque Postale dans les gestionnaires d'actifs Ostrum et AEW Europe, en vue de détenir 100% de leur capital.