Les 5 principaux groupes bancaires français ont enregistré au 2e trimestre 2021 des niveaux de bénéfices parfois inédits, et systématiquement supérieurs à l’avant-crise du Covid.

Baisse du coût du risque, hausse boursière, fort dynamisme des activités de détail, portées par le crédit immobilier : ce cocktail a permis aux banques françaises de publier ces jours derniers des résultats quasi-inédits, qui dépassent même leurs performances d’avant-crise du Covid.

Premier groupe bancaire français, BNP Paribas a même réussi le meilleur trimestre de son histoire, avec un bénéfice net de plus de 2,9 milliards d’euros, en hausse de 18% par rapport au 2e trimestre 2019 (1). Le Crédit Agricole a réussi une performance équivalente, avec un bénéfice net de 2,8 milliards d’euros, en hausse de 53% par rapport à 2019 (2). Son activité de détail a notamment enregistré l’arrivée de près de 400 000 nouveaux clients en 3 mois. Fort dynamisme également du côté du Crédit Mutuel Alliance Fédérale, qui dépasse aussi son niveau d’avant-crise avec un bénéfice net d'un peu plus de 1,9 milliard d'euros sur le premier semestre, en hausse de 32% par rapport à 2019.

Quelle est la banque la moins chère ?

A 1,31 milliard d’euros, BPCE a vu son bénéfice net du 2 trimestre multiplié par 10 par rapport à la même période de 2020. La maison-mère de la Caisse d’Epargne et de la Banque Populaire a également fait mieux qu’en 2019, où elle avait engrangé 956 millions d’euros. Mais le relèvement le plus spectaculaire est sans doute celui de la Société Générale. Fortement bousculée par la crise sanitaire, victime de sa faible rentabilité structurelle, la banque rouge et noir a dévissé en bourse en 2020 et enregistré finalement des pertes de 258 millions d’euros. A tel point qu’on s’interrogeait : la Société Générale est-elle menacée ? Un an plus tard, la valeur de l’action SG a progressé de 92% et la banque a enregistré entre avril et juin son meilleur trimestre depuis 5 ans, avec un bénéfice net de 1,44 milliard d'euros, après 814 millions au 1er trimestre.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Ces résultats records ne concernent pas que les groupes français. Comme le note le quotidien Les Echos, « (…) les douze plus grandes banques mondiales, dont font partie les Américaines comme JP Morgan ou Goldman Sachs mais aussi les leaders européens comme BNP Paribas ou UBS, ont cumulé plus de 170 milliards de dollars de bénéfices sur les quatre derniers trimestres. Du jamais-vu. »

(1) BNP Paribas a bénéficié d’effets exceptionnels, dont une plus-value de 300 millions d'euros réalisée sur la cession de titres financiers. (2) Crédit Agricole SA a profité de 400 millions d’euros de plus-values comptables exceptionnelles, liées notamment à l'acquisition en Italie de la banque Credito Valtellinese (Creval)