Natixis, la filiale cotée du groupe bancaire BPCE, a lancé cette semaine un plan de départ volontaire dans ses activités en France, qui va concerner 245 postes, a déclaré jeudi à l'AFP un porte-parole, confirmant des informations de L'Agefi.

La direction a présenté ce projet lundi aux organisations syndicales, écrit L'Agefi. « Je confirme ces informations », a déclaré à l'AFP un porte-parole, assurant qu'il n'y aurait « aucun départ contraint » dans le cadre de ce plan de départ volontaire.

Ce plan s'inscrit dans le cadre d'un projet plus large de transformation, annoncé en novembre par Natixis à l'occasion de la publication des ses résultats trimestriels et visant à réaliser 350 millions d'économies d'ici à la fin 2024.

Un plan de départs en deux volets

Dans le détail, le plan de départ volontaire dévoilé cette semaine comportera deux volets. D'une part, la suppression de 36 postes liée au repositionnement des activités et des risques de l'activité dérivés actions, où Natixis a essuyé de lourdes pertes l'an passé. D'autre part, le plan prévoit la relocalisation de 209 postes à Porto, au Portugal, où la banque exploite depuis 2016 un centre de services informatiques, qu'il veut développer pour en faire un centre multi-expertises pour l'ensemble des métiers du groupe. En ce qui concerne les 209 postes qui seront supprimés en France, le groupe prévoit de faire jouer la mobilité interne pour repositionner les salariés concernés sur d'autres fonctions.

Banque pour les jeunes : comparatif des offres pour les étudiants et jeunes actifs

Filiale cotée du groupe bancaire mutualiste BPCE, Natixis réunit divers métiers tels que les activités de marché, la gestion de fortune et d'actifs, ainsi que l'assurance ou encore le paiement.