La fusion entre la Société Générale et sa filiale, le Crédit du Nord, est officielle et devrait intervenir à horizon 2024. D’ici là, qu’est-ce qui va changer pour les clients des deux établissements ? Le point sur ce que l’on sait.

C’est désormais officiel : la Société Générale et le Crédit du Nord, sa filiale à 100%, vont fusionner pour donner naissance, à horizon 2024, à une nouvelle banque de détail, forte d’une dizaine de millions de clients et d’un réseau de 1 500 agences. Le projet de rapprochement, rendu public en septembre dernier, a été validé dimanche par les conseils d’administration des deux entités et officialisé lundi à l’occasion d’une conférence de presse rassemblant notamment le directeur général du groupe Société Générale, Frédéric Oudéa, et Sébastien Proto, le directeur général adjoint chargé du projet de fusion.

Dès aujourd’hui s’ouvre une période de transition qui va s’étaler sur 4 ans et au cours de laquelle les deux banques vont devoir gérer les conséquences de la fusion avec les partenaires sociaux, accomplir les différentes étapes de leur fusion juridique et travailler à leur nouvelle stratégie de marque. Cette période va aussi permettre aux banques régionales du Crédit du Nord (1) de basculer sur le système informatique de la Société Générale, choisi car il offre « une couverture fonctionnelle plus avancée (sur l'offre de produits et de services, sur la digitalisation des processus, sur les services numériques aux clients, sur le périmètre réglementaire et sur la banque privée) et plus de capacité en matière de performance, de scalabilité et de résilience », détaille la communication de la SG. Cette migration doit s’achever dans le courant du 1er trimestre 2023.

En attendant, les contours de la future banque restent encore relativement flous. Si vous êtes client de la Société Générale ou d’une des banques régionales du Crédit du Nord, voici ce que l’on sait des conséquences de la fusion pour vous.

Mon agence va-t-elle fermer ?

Si l’on additionne aujourd’hui les réseaux de la Société Générale et des banques régionales du Crédit du Nord, on obtient un total de 2 100 agences. En 2025, l’objectif est de ramener ce chiffre à 1 500. C’est donc une certitude : certains clients vont voir leur agence fermer. Il ne s’agira d’ailleurs que d’accélérer une tendance déjà à l’œuvre : depuis 2015, 20% des agences SG et 15% des agences du Crédit du Nord ont déjà fermé leurs portes.

La Société Générale, toutefois, le promet : l’ancrage territorial du Crédit du Nord sera préservé, et la nouvelle enseigne sera présente dans le même nombre de villes qu’aujourd’hui. Sébastien Proto veut même nous faire voir le verre à moitié plein : avec la fusion, les clients du Crédit du Nord auront accès à deux fois plus d’agences qu’aujourd’hui (1 500 contre 789) !

Plus concrètement, les fermetures concerneront surtout des agences en doublon. 60% des points de vente du Crédit du Nord se situent en effet à moins d’un kilomètre d’une agence Société Générale. Quand c’est le cas, une des deux devra fermer. Et pas forcément celle du Crédit du Nord : tout dépendra de la qualité et de la taille des emplacements, a expliqué Sébastien Proto.

Le nom de ma banque va-t-il changer ?

Si vous êtes client d’une des banques régionales du Crédit du Nord, la réponse est oui. Sébastien Proto a confirmé que l’identité de la future banque combinerait un « signal d’unité », autour de la marque Société Générale, et un « signal de territorialité ». Celui-ci pourrait être tout simplement le nom actuel de la banque, ce qui pourrait donner par exemple des agences à enseigne Société Générale - Crédit du Nord dans les Hauts-de-France. Mais ce n’est pas certain.

Comparatif des offres des cartes bancaires pour un voyage à l'étranger

« On peut imaginer des combinaisons », a confirmé Frédéric Oudéa, le directeur général du groupe Société Général, « mais c’est encore trop tôt pour le dire ». Sébastien Proto a confirmé que la puissance de chaque marque serait analysée pour savoir si elle sera intégrée à la nouvelle stratégie. Le verdict ne sera pas rendu public avant 2022.

Vais-je devoir changer de numéro de compte ?

Ce n’est pas encore complètement clair, la Société Générale n’ayant pas souhaité aller à ce niveau de détails. La fusion entre les deux entités va, de fait, entraîner la création d’un nouvelle banque, d’un point de vue juridique. Celle-ci conservera-t-elle le code banque de la Société Générale ? Si oui, seuls les clients du Crédit du Nord et de ses satellites devront changer de numéro de compte. Si non, tout le monde sera concerné.

Mes produits et leurs tarifs vont-ils changer ?

Là encore, difficile de trancher à ce stade, en l’absence de réponses claires de la Société Générale. Les deux enseignes ayant vocation à devenir une entité juridique unique, il paraît toutefois probable qu’elles unifient également leurs catalogues de produits et de services, et la manière dont elles le facturent.

Quoi qu’il en soit, cela ne devrait pas changer grand chose en termes de prix. Les tarifs pratiqués par les deux enseignes sont en effet relativement proches, et ils ne brillent pas pas leur modération. La Société Générale figure ainsi à la 97e place, sur 126, de notre classement des banques les moins chères, avec une facture annuelle de 192 euros sur un panier de services standard. Le Crédit du Nord fait pire : 114e, avec un coût annuel de 213,50 euros.

Trouvez la banque la moins chère pour vous avec notre classement personnalisable.

(1) Outre le Crédit du Nord, les banques Courtois, Kolb, Laydernier, Nuger, Rhône-Alpes, Tarneaud, Société de Banque Monaco et Société Marseillaise de Crédit.