Des syndicats des banques s'inquiètent des conditions de poursuite de l'activité dans ce secteur pour les salariés toujours au contact avec la clientèle. Certaines agences sont fermées.

Pour limiter la propagation du coronavirus, le gouvernement a décrété la fermeture de tous les lieux « non indispensables ». Ce n’est pas le cas des établissements financiers qui sont toujours autorisés à ouvrir leurs portes. A l’heure actuelle, l’essentielle des agences sont ouvertes, a expliqué ce jeudi matin sur BFM Business, Frédéric Oudéa, le président de la Fédération bancaire française, et patron également de la Société Générale.

Dans les faits, comme au Crédit Agricole, les banques incitent tout de même leurs clients à contacter leurs conseillers par téléphone, mail et chat. « Mais à ce stade une majorité des agences seront bien ouvertes afin de traiter les demandes des clients les moins autonomes ou ceux qui rencontrent des difficultés, notamment les entrepreneurs et les entreprises. Les horaires seront adaptés, pour permettre la plus grande disponibilité vis-à-vis des acteurs économiques ou des rendez-vous », expliquait, mardi, un porte-parole contacté par MoneyVox.

Lire aussi : Les consignes des banques aux clients face au coronavirus

Le personnel est « inquiet »

Mais le maintien de cet accueil du public dans les établissements bancaires est loin de faire l’unanimité. La CFDT Banques et Assurances souligne que les salariés concernés « sont confrontés potentiellement à un risque grave et imminent pour leur santé ». Le syndicat réclame « des agences fermées à la clientèle », qui serait reçue physiquement « sur rendez-vous exclusivement » et de manière « exceptionnelle ». Dans les locaux, les salariés devront disposer des moyens de protection « adéquats (gants, gel hydroalcoolique...) » et travailler « à distance les uns des autres », exige-t-elle.

La CFTC Banques dénonce « la lenteur de la mise en sécurité des personnels », alors que certains, « au contact quotidien avec le public, poursuivent leur activité malgré le risque sanitaire encouru ». Le personnel est « inquiet, renchérit Frédéric Guyonnet, président du SNB/CFE-CGC : les salariés ne comprennent pas pourquoi on les oblige à travailler sans protection ».

Le syndicat réclame ce jeudi « l’ouverture des agences au public uniquement par demi-journée, rideaux fermés et exclusivement sur rendez-vous », ainsi que « l’information immédiate de tous les clients, professionnels comme particuliers, par mail et par sms des nouveaux horaires temporaires d'accueil dans les agences et de l'obligation de prendre préalablement rendez-vous ».

Des agences fermées

FO Banques va plus loin et réclame même la « fermeture au public de toutes les agences bancaires sur le territoire français ». C’est déjà le cas pour cette agence située à Rennes. Contrairement à d’autres enseignes concurrentes qui restent ouvertes le matin, ici, « Aucune personne extérieure à l’étblissement ne peut rentrer. On est bien lotis », explique le responsable à MoneyVox.

Situation identique dans une agence des Côtes-d’Armor. « Cela permet d’avancer sur nos dossiers et de répondre aux demandes urgentes de certains particuliers qui dans le contexte actuel demandent des reports d’échéance de leur crédit immobilier par exemple. Nous essayons d’être souple tant que possible », explique une conseillère qui reconnaît avoir fait exception pour recevoir une cliente qui vient de perdre son mari.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Mais il est peu probable que ces situations se généralisent, comme c’est également le cas au Crédit Mutuel Arkea. « Les caisses locales étaient fermées au public » à l'exception des « très rares » services bancaires pour lesquels « l'accès se fait client par client et en priorité sur rendez-vous », expliquait l’enseigne mercredi.

« Il est de notre responsabilité de veiller à la continuité de nos principales activités critiques comme la banque de réseau », indique la Société Générale à l'AFP. BNP Paribas assure être « à l'écoute des demandes et remontées » des syndicats. Elle dit « mettre en place l'organisation la plus souple possible », afin de permettre « les meilleures conditions de travail dans ce contexte particulier ».

Dans les agences, depuis mardi, les « flux à l'entrée » sont organisés pour « éviter toute file d'attente » dans les locaux, les rendez-vous physiques sont limités « à ceux indispensables » et les salariés « manipulant des espèces » sont dotés de « masques et gants », selon BNP Paribas.

Retrouvez le classement des banques les moins chères