La Banque centrale européenne (BCE) a laissé inchangés jeudi ses taux directeurs, à leur plus bas niveau historique depuis mars 2016, a annoncé une porte-parole.

Comme attendu, l'institution monétaire de Francfort a maintenu à zéro son principal taux directeur, qui fait référence pour le crédit en zone euro. Le taux de prêt marginal a quant à lui été laissé à 0,25% et le taux de dépôt au jour le jour à -0,4%. La BCE n'a pas modifié non plus son vaste programme de rachats de dettes, dont elle se laisse toujours la possibilité d'accroître le montant -aujourd'hui de 60 milliards d'euros par mois- ou la durée si nécessaire.

Certains analystes escomptaient une disparition de la référence à une possible hausse du volume des rachats d'actifs, ce qui aurait donné le signal que ce programme, surnommé « QE » et destiné à soutenir la croissance et l'inflation en zone euro, avait atteint son apogée. Démarré en 2015 au rythme initial de 80 milliards d'euros par mois, il arrive à échéance à la fin de l'année.

La BCE va bientôt réduire son injection massive de liquidités

L'attention est désormais focalisée sur le président de l'institution, Mario Draghi, qui s'exprimera à partir de 12h30 GMT dans le cadre de sa conférence de presse régulière. Les marchés suivront avec anxiété les propos de l'Italien. Il ne lui reste que trois réunions du conseil d'ici la fin de l'année pour expliquer comment la BCE entend réduire son injection massive de liquidités dans l'économie, qui se montre de plus en plus robuste.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Le patron de la BCE devrait se montrer optimiste sur l'évolution de l'économie européenne tout en rappelant la nécessité d'agir avec la plus grande prudence, alors que l'inflation dans la région reste inférieure aux objectifs. Fin juin, il avait provoqué un soubresaut sur les marchés en semblant se montrer plus confiant sur la reprise à venir de l'inflation.