Jean-Luc Mélenchon a été mis en examen lundi à la suite d'une plainte en diffamation de la Société Générale, dont il avait qualifié les dirigeants de « menteurs » il y a un an lors de la révélation du scandale des « Panama papers », a-t-on appris auprès de son entourage. En matière de diffamation, la mise en examen est automatique, et tout se joue à l'audience, devant le tribunal correctionnel.

Jean-Luc Mélenchon avait affirmé le 7 avril 2016 sur l'antenne de France Info que les dirigeants de la banque étaient des « menteurs » qui devaient « être châtiés ». La Société Générale fait partie des banques mentionnées dans l'affaire « Panama Papers » pour avoir ouvert pour le compte de clients 979 sociétés offshore via le cabinet Mossack Fonseca. En pleine campagne pour les législatives, Jean-Luc Mélenchon avait annoncé dans un communiqué sa convocation devant un juge dans cette affaire de diffamation.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

« Je n'ai diffamé personne, je n'ai fait que dire la vérité », a déclaré le nouveau député face à la presse au palais de justice de Paris, précisant qu'il n'invoquerait pas son immunité parlementaire. « Les gens ils pensent que c'est moi qui suis de bonne foi. De toute façon, les gens ils aiment pas les banques alors, ils ont pas tort d'ailleurs », a-t-il ajouté : « Je suis content qu'il y ait un procès, ils me cherchent, ils me trouvent ». « Nous allons plaider la relaxe et nous gagnerons », a de son côté affirmé son avocate, Me Raquel Garrido.