Fortuneo

La Banque Postale ou « y'a pas écrit la Poste là ! »

  • Par
  • ,
  • 4 commentaires
Un DAB de la Banque Postale
André Tudela – Photographe Le Groupe La Poste

La Banque Postale fête cette année ses dix ans. Mais les services financiers de la Poste existent depuis bien plus longtemps, avec les comptes chèques postaux ou les produits d'épargne. La publicité a évidemment accompagné ces évolutions, avec quelques slogans marquants...

Dix ans. C'est en 2006 que les activités financières de la Poste sont devenues un établissement bancaire à part entière, avec une offre bancaire plus large, sous la marque « La Banque Postale ». Cependant, « la Poste était depuis deux siècles la principale et parfois la seule banque ouverte au grand public », écrit l'établissement bancaire dans un ouvrage édité pour son dixième anniversaire.

Tout avait commencé par le transport de fonds, suivi du mandat postal, la première forme de dématérialisation. Puis au XIXe siècle, c'est le livret d'épargne nationale qui entre dans les offices postaux pour ne plus en sortir.

« Laissez les chèques postaux tenir votre caisse »

D'autres produits bancaires indissociables de l'histoire de la Banque Postale vont voir le jour tout au long du XXe siècle. À commencer par les chèques postaux en 1918, qui réduisent un peu plus l'usage des billets et des espèces. Avec le succès qu'on lui connaît car ils sont dès le départ associés à un compte courant postal. Cette offre va laisser des slogans mémorables : « Laissez les chèques postaux tenir votre caisse » (1950), « CCP, c'est si simple » (1972), « CCP : quotidiennement vôtre » (1975) ou encore « Branchez-vous CCP » (1980)...

Il faut attendre 1975 pour que les comptes chèques postaux autorisent un « petit découvert ». La même année, le CCP est disponible en compte joint ou compte associé avant, en 1983, de proposer la carte bancaire, puis en 1987 la carte à puce.

Caisse d'épargne de la Poste : « On est jamais à sec »

En parallèle, la Poste développe son offre de produits d'épargne. En 1959, l'organisme choisit de commercialiser des produits d'assurance-vie, suivis des livrets d'épargne logement (1965), des actions avec la SICAV « livret portefeuille » qui fut la première à être distribuée (1967), des fonds communs de placement (1978), des comptes-titres (1984)…

Les services financiers de la Poste développent ainsi une gamme très étendue de produits et le fait savoir avec des spots publicitaires savoureux. Comme cette campagne qui compare l'argent à l'eau qui « glisse entre les doigts », pour chuter sur l'idée qu'en épargnant sur un compte de la caisse d'épargne de la Poste, « on est jamais à sec » !

L'activité d'épargne de la Poste gagne même un nom et un visage : « L'oiseau bleu de la Poste ».

« Ça pour une nouvelle, c'est une bonne nouvelle ! »

A partir de 1995, les services financiers de la Poste se lancent dans une grande campagne publicitaire pour mettre en avant des services bancaires pour certains connus, pour d'autres un peu moins. Et cette fois, de grands comédiens se prennent au jeu : Michel Galabru, Antoine de Caunes, Jacques Villeret… La fameuse expression : « Y'a pas écrit la Poste là ! », accompagnée de la formule « Ça pour une nouvelle, c'est une bonne nouvelle », fait un tabac. La signature de l'époque, « La Poste, on a tous à y gagner », restera elle aussi dans les mémoires.

Guy Roux, David Douillet, Elie Semoun... En 2000, la Poste reste fidèle aux mêmes messages clé dans une nouvelle série de spots. Seules changent les célébrités au casting.

2006 : l'apparition de la Banque Postale

En devenant la Banque Postale, les services financiers de la Poste veulent rester « une banque pas comme les autres animée des valeurs postales de proximité et de service au plus grand nombre ». Et cela va d'ailleurs être le premier slogan de la nouvelle marque qui ne cache pas, bien au contraire, son appartenance au groupe la Poste. L'oiseau bleu est toujours là.

Et le premier spot de l'établissement donne le ton : il est consacré à un contrat d'assurance-vie, qui rencontre un succès très rapide (400.000 souscripteurs en 2006).

En 2007, une signature apparaît sous l'oiseau bleu de son logo : « La Banque Postale, bien plus qu'une banque », remplacée en 2013 par « Banque et citoyenne ». Deux éléments font leur apparition : le halo (ou triangle) bleu qui surgit systématiquement à la fin de la publicité, et la musique Island in the sun de Weezer. Deux éléments qui ne quittent plus la Banque Postale depuis.

Une nouvelle signature pour le 10e anniversaire

En septembre 2016, la Banque Postale présentera une signature marquant une nouvelle étape dans son développement après avoir mis en place une plateforme de courtage en ligne (2008), des contrats d'assurance dommage (2010), des crédits à la consommation (2010), des financements aux personnes morales (2011), une gamme d'assurance santé (2011), des financements pour les collectivités locales (2013), une offre de banque patrimoniale avec le rachat de BPE (2013), une offre d'assurance santé collective (2015)... Faut-il attendre une nouvelle campagne marquante pour acter cette nouvelle étape ? A l'image du « Y'a pas écrit la Poste là » des années 90 ? Suspens.

Partager cet article :

© cbanque.com / BJB et la rédaction / Septembre 2016

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox

Commentaires

Publié le 5 septembre 2016 à 14h23 - #1zen33
  • Homme

Bravo à la Banque Postale pour sa modernisation.
Mais quid de ses augmentations tarifaires ahurissantes, par exemple les frais de tenue de compte qui explosent de plus de 93 % au 1er janvier 2017, passant de 1.55 € à 3 € par trimestre.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 12 septembre 2016 à 11h06 - #3nono62
  • Homme
  • Arras
  • 59 ans

Fidèle de la poste pendant 25 ans, puis déçu par leurs pratiques antiques à répétition ainsi que leur laissez-aller général, j'ai du mal à les croire... Suis depuis 15 ans chez LCL, no problem❕ Et en plus la fidélité ça paye chez eux... T'a pas photo 😉

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 16 septembre 2016 à 17h51 - #4jf75009
  • Homme
  • Paris 09

Avez-vous osé demander la clôture de votre livret A à la Poste ?
Vous n'avez pas fini de vous escrimer pour obtenir satisfaction, après avoir épuisé le catalogue de toutes les réticences possibles. En prime, on me demandait d'aller formuler ma demande dans le bureau de poste où le livret avait été ouvert… bureau qui avait été fermé depuis !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10