Dans un communiqué, la Fédération bancaire française (FBF) assure que les banques françaises sont prêtes pour le lancement, mercredi 25 novembre, du nouveau billet de 20 euros.

Dévoilé le 20 février dernier par la Banque centrale européenne (BCE), ce nouveau billet de 20 euros est le troisième de la série Europe, après le 5 euros lancé en mai 2013 et le 10 euros en septembre 2014. Pour la première fois depuis le lancement de la monnaie unique, en 2002, la BCE a en effet entrepris de renouveler l’ensemble des billets en euros, à raison d’une valeur faciale par an. Une « mise à jour » qui doit permettre d’améliorer la lutte contre la fausse monnaie, grâce à l’ajout de nouveaux signes de sécurité.

Lire aussi : Le nouveau billet de 20 euros mis en circulation le 25 novembre 2015

Une « opération logistique lourde »

« Pour les banques françaises, la mise à la disposition des clients d'un nouveau billet est une opération logistique lourde », explique la FBF dans un communiqué publié aujourd’hui. « Elle demande notamment l'adaptation de près de 58.000 distributeurs de billets sur le territoire, mais aussi celle des automates de dépôts ainsi que toutes les machines en backoffice qui contrôlent la qualité des billets après leur remise par les commerçants ou les particuliers. »

Un processus qui représente un « coût d'adaptation important », ne manque pas de signaler l’association professionnelle du patronat bancaire : « Les banques françaises ont ainsi réalisé les investissements nécessaires et seront donc prêtes à distribuer ce nouveau billet auprès du grand public dans les délais impartis ».

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le billet le plus utilisé en France

Le lancement de ce nouveau billet représente un enjeu particulier en France, où cette coupure est d’assez loin la plus utilisée. « Plus de la moitié des billets retirés dans les distributeurs sont des billets de 20 euros », explique la FBF. Elle rappelle également que « les nouveaux billets coexisteront tout d'abord avec ceux de la première série, [qui] seront ensuite retirés peu à peu de la circulation avant de cesser d'avoir cours légal à titre définitif à une date qui sera communiquée bien à l'avance. »