Le groupe bancaire mutualiste CM11-CIC, qui regroupe le CIC et 11 des 18 caisses régionales du Crédit Mutuel, a vu son bénéfice net (part du groupe) augmenter de 8% en 2014, à 2,17 milliards d'euros, tiré par l'assurance.

Le chiffre d'affaires est resté stable (+0,7%) pour atteindre 12,0 milliards d'euros, selon un communiqué publié jeudi. Le groupe a bénéficié d'une baisse importante de 20% du coût du risque (provisions pour risque d'impayés), à 872 millions d'euros, liée à une reprise de provisions de 80 millions d'euros aux Etats-Unis.

Le seul CIC a vu son bénéfice net bondir de 32% à 1,12 milliard d'euros, tiré notamment par la cession de sa participation dans Banco populare de Milano (qui a rapporté environ 100 millions d'euros en ajoutant les reprises de provisions).

Développer le produit net bancaire

« Les comptes sont bons. Pour 2015, la perspective est toujours la même », a commenté le nouveau président de la Caisse fédérale de Crédit Mutuel et du CIC, Nicolas Théry, lors d'une conférence de presse. Cette année, la banque indique que « tous les efforts doivent porter sur le développement du PNB » (Produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires).

« Ceci passe par la défense des encours de crédit, le développement du crédit à la consommation, du crédit-bail et de l'affacturage et l'augmentation des commissions d'assurance, des commissions financières et de la téléphonie », précise le groupe.

Malgré une progression de l'activité l'an dernier, des changements réglementaires assez lourds et des charges exceptionnelles ont affecté les revenus, a indiqué le directeur général de la Caisse fédérale de Crédit Mutuel, Alain Fradin.

En Allemagne, où le groupe est présent via Targobank, une décision de justice rendant illégaux les frais de dossier liés aux crédits à la consommation a ainsi coûté 210 millions d'euros au groupe. S'y sont ajoutés une baisse de rémunération liée aux livrets A, le plafonnement des commissions d'intervention et des commissions d'interchange (liées aux cartes de paiement), a détaillé M. Fradin.

La banque de détail a ainsi vu son bénéfice net baisser de 3,5% l'an dernier, à 1,68 milliard d'euros, malgré une augmentation des dépôts (+4,4%) et des crédits (+1,8%), y compris immobiliers (+1,4%).

Sur son deuxième métier principal, l'assurance, le bénéfice net affiche une hausse de 8%, à 680 millions d'euros, avec une progression historique de contrats en automobile.

Le résultat de la banque de financement a bondi (+22% à 151 millions) tandis que les activités de marché, que le groupe souhaite restreindre, ont vu leurs résultats baisser (-8,7% à 186 millions d'euros).

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Le groupe a par ailleurs encore renforcé sa solidité financière et ses ratios dépassent désormais largement les nouvelles normes de Bâle III.

Le CM11-CIC revendique 23,5 millions de clients à fin décembre, dont 4,5 millions de sociétaires.

Michel Lucas, le patron de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, a pour sa part indiqué que le résultat du Crédit Mutuel, qui doit être publié la semaine prochaine, dépasserait les 3 milliards d'euros.

Revenant sur les tensions avec le Crédit Mutuel Arkéa (qui rassemble trois fédérations de l'ouest), M. Lucas a estimé : « il y a des lois dans ce pays, des réglementations européennes, tout ça se réglera gentiment dans le temps ».

Crédit Mutuel Arkéa a saisi en octobre la justice et l'Autorité de la concurrence, estimant qu'il y a conflits d'intérêts au sein de la Confédération nationale, qui est selon le groupe « dans la main » de CM11-CIC.