Dans un communiqué, la Banque centrale européenne (BCE) recommande aux banques de modérer leur politique en matière de dividendes aux actionnaires et de bonus aux cadres, afin « de maintenir une assise financière saine. ».

Depuis novembre 2014, dans le cadre de l’Union bancaire, la BCE supervise directement les 120 principales banques de la zone euro. Objectif : empêcher le scénario de 2008, celui d’une crise bancaire systémique, de se reproduire.

Dans ce cadre, l’institution de Francfort vient de faire savoir aux banques qu’elle surveillerait de près leur attitude en matière de dividendes à leurs actionnaires. « Les banques doivent définir leurs politiques de dividendes sur la base d’hypothèses prudentes et conservatrices afin d’être toujours en mesure, après tout versement, de remplir pleinement les exigences de fonds propres en vigueur (…) », prévient ainsi Danièle Nouy, la présidente du conseil de surveillance prudentielle de la BCE, dans un communiqué. Elle a également fait passer le message aux instances nationales qui supervisent les banques moins importantes.

Dividendes interdits pour les retardataires

L’objectif est clair : éviter que les banques, dont beaucoup s’apprêtent à annoncer des résultats financiers 2014 en amélioration, ne cherchent à trop largement récompenser leurs actionnaires, après des années de vache maigre.

La BCE distingue toutefois deux cas de figure. Les banques qui remplissent leurs obligations de fonds propres au 31 décembre 2014 pourront distribuer des dividendes, à condition de le faire « de façon prudente », notamment celles qui n’ont pas encore atteint le ratio de fonds propres « en dur » exigible en janvier 2019. Les autres ne doivent pas, « en principe », distribuer de dividendes. Les enseignes qui ne se conformeraient pas à ces instructions devront se justifier et « soumettre à la BCE leurs plans en vue de la réalisation » de ces ratios.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

La BCE a par ailleurs annoncé qu’elle procéderait aussi à un « examen approfondi » de la politique des banques en matière de bonus versés à ces cadres et dirigeants.