Les sommes placées dans des investissements socialement responsables (ISR) ont bondi en 2009 (+70%) pour atteindre 50,7 milliards d'euros, les particuliers se montrant davantage intéressés par ce type de placements, selon une étude du centre de recherche Novethic publiée mercredi.

L'ISR correspond à des placements éthiques en actions ou obligations qui intègrent, en plus des critères financiers traditionnels, des critères sociaux, environnementaux et de gouvernance (transparence des rémunérations et de la prise de décision par exemple).

Cette croissance des encours ISR prouve qu'« il y a toujours de la collecte qu'il pleuve ou qu'il vente », a estimé Dominique Blanc, directeur de la recherche chez Novethic, filiale de la Caisse des dépôts, lors d'une conférence de presse. Fort de ce constat, Novethic qui a lancé en septembre 2009 un label regroupant les sociétés de gestion ISR, envisage de mettre en place un système de notation au premier trimestre 2011.

En 2009, l'ISR a profité des performances des marchés qui ont nettement progressé, mais également d'une bonne surprise du côté des particuliers et d'une progression de la gestion collective via la conversion de fonds traditionnels en fonds ISR. Les encours des particuliers ont progressé deux fois plus vite que ceux des investisseurs institutionnels qui représentent les deux tiers de ce marché (69% des encours), indique Novethic.

Les conseillers clientèle mieux formés

Ce regain d'intérêt des particuliers est lié aux « efforts des réseaux, en particulier via les produits d'assurance vie (qui) commencent à porter leurs fruits », poursuit le centre de recherche. « Certains grands réseaux commencent à former leurs conseillers clientèle », a affirmé mercredi M. Blanc, citant le cas de la Banque Postale.

Comparatif des offres des cartes bancaires pour un voyage à l'étranger

Parmi les institutionnels, les assureurs privés et mutualistes ont été en première ligne en 2009 et leurs encours ont dépassé ceux des fonds publics et des caisses de retraite. Peu de nouveaux acteurs institutionnels sont en revanche arrivés sur le marché, à l'exception de l'Agence nationale des chèques vacances.

Recul des actions

En termes d'actifs, les produits de taux (obligataire) ont été privilégiés dans les investissements socialement responsables en 2009 (42%) tandis que la part des actions a reculé pour atteindre 30% du marché. Dans le détail, la majeure partie des fonds est investie en zone euro. En revanche, les pays émergents et la France ne sont pas privilégiés.

En 2008, les placements ISR en France avaient déjà bien résisté à la crise financière, puisqu'ils avaient vu leur encours augmenter de 37% sur un an mais les sommes placées n'étaient alors que de 29,9 milliards d'euros.