La Société Générale a déposé mercredi une plainte contre la société américaine FGIC, l'accusant de vouloir dénoncer abusivement 22 contrats qui les lient sur des dérivés de crédit, pour une valeur faciale de deux milliards de dollars, a affirmé jeudi l'agence Dow Jones.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

La plainte déposée devant la cour de justice de Manhattan dénonce la "mauvaise foi" de FGIC (Financial Guaranty Insurance Company), qui se serait saisie du prétexte de retards de paiement de la Société Générale sur des échéances pour engager des démarches en vue de rompre les contrats qui les lient.

La FGIC est un réhausseur de crédits, c'est-à-dire une société offrant une protection sur des actifs en échange du versement d'une prime.

Avec la crise, de nombreux réhausseurs de crédits, comme l'assureur américain AIG, se sont trouvés au bord de la faillite, incapables d'honorer des engagements colossaux.