Cartes bancaires des banques en ligne

Les banques en ligne sont arrivées avec une promesse commerciale forte : fournir un compte et une carte bancaire, gratuitement ou presque. De quoi bousculer les acteurs établis ? Pas vraiment, la plupart de ces banques en ligne sont détenues par les banques traditionnelles !

L'actionnariat des banques en ligne

Apparue à la fin des années 90 et au début des années 2000, la première génération des banques en ligne a depuis bien changé. A sa création, Boursorama proposait uniquement un portail d'informations financières et boursières. De leur côté, ING, Fortuneo et BforBank ont débuté en ne commercialisant que des produits d'épargne. Depuis, leur offre s'est beaucoup élargie. Toutes affichent le tryptique traditionnel de la banque de détail : paiements, crédits, épargne.

Leur actionnariat a lui aussi évolué. A l'origine, les pionnières du secteur étaient des sociétés indépendantes. Avec la démocratisation d'internet, les banques traditionnelles ont compris le potentiel des banques en ligne et les ont progressivement rachetées. La Société Générale a ainsi acquis Boursorama en 2002. Le Crédit Mutuel Arkéa a pris pleine possession de Fortuneo en 2006. Quant à Monabanq (ex-Covefi), elle est devenue en 2006 la filiale du Groupe Cofidis Participations, lui-même détenu par le Crédit Mutuel Alliance fédérale (anciennement Crédit Mutuel CM11).

Les banques en ligne arrivées plus tard, elles, ont été directement créées par des établissements traditionnels. BforBank a ainsi été lancée en 2009 par les caisses régionales du Crédit Agricole, leur organe central, Crédit Agricole SA, étant également présent au tour de table. La proximité avec une banque traditionnelle est encore plus forte pour Hello bank et ING. Hello bank n'est pas un acteur bancaire autonome mais une marque exploitée par BNP Paribas. ING en France était une succursale de la banque néerlandaise éponyme. ING a toutefois décidé fin 2021 de se retirer du marché de la banque au quotidien en France, les clients particuliers étant invités à transférer comptes et épargne vers Boursorama Banque.

En revanche, Orange Bank fait exception et n'appartient pas à une banque avec agences. Issue du rachat par Orange de Groupama Banque (la filiale bancaire de l'assureur éponyme), la banque en ligne a longtemps été détenue par ces deux grands groupes. A l'automne 2021, Orange est finalement devenu le seul propriétaire de sa filiale bancaire.

Banque en ligneFiliation
BforBankFiliale du Crédit Agricole
BoursoramaFiliale de Société Générale
FortuneoFiliale du Crédit Mutuel Arkéa
Hello BankMarque de BNP Paribas
INGFiliale de ING (banque néerlandaise)
MonabanqFiliale de Cofidis Participations (groupe Crédit Mutuel Alliance fédérale)
Orange BankFiliale de Orange et de Groupama
Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Les banques mobiles dans le giron de banques traditionnelles

Depuis 2014, le secteur bancaire est confronté à l'émergence de nouveaux acteurs : les « néobanques ». Ces dernières proposent une offre bancaire plus basique (un compte de paiement et une carte) qui se gère essentiellement depuis une application mobile.

Comme les banques en ligne, elles intéressent les banques commerciales, si bien que toutes les principales néobanques d'origine française appartiennent à des établissements traditionnels. BNP Paribas a ainsi racheté le compte Nickel en 2017. Quant à C-zam, disparue en 2020, c'était Carrefour Banque qui se cachait derrière.

Certaines néobanques sont rattachées à des enseignes bancaires nationales de façon plus assumée : c'est le cas de Ma French Bank, liée à La Banque Postale, ou dans une moindre mesure de Aumax pour moi avec le Crédit Mutuel Arkéa. Dans la très diverse famille des néobanques, en France, N26 a elle la particularité d'être une filiale d'une banque mobile indépendante à l'échelle européenne : la maison-mère est basée en Allemagne.

© MoneyVox 2018-2022 / Marie-Eve Frénay - FV / Page mise à jour le / Droits réservés