Longtemps incontournable, la prime de 80 euros accordée à l’ouverture d’un compte courant n’est plus systématiquement offerte par les banques en ligne, qui cherchent d’autres manières d’attirer les clients ou préfèrent se concentrer sur leur fidélisation.

C’est un passage obligé : lorsque vous ouvrez un compte bancaire pour la première fois dans une banque en ligne, quelle qu’elle soit, vous vous vous attendez à toucher au passage une prime de bienvenue de 80 euros. Un montant qui correspond au maximum autorisé par la réglementation, mais qui est parfois dépassé, à la faveur de la souscription conjointe d’un produit annexe, comme une carte bancaire ou un livret d’épargne.

Certains signes, toutefois, laissent penser que peut-être, cet âge d’or est en train de se terminer. Actuellement, sur les 6 grandes marques de banque en ligne, celles nées à partir des années 2000, seules trois, Boursorama, ING et Fortuneo, affichent la fameuse prime. Hello Bank se contente de 3 mois de gratuité sur sa formule Prime, soit une petite économie de 15 euros. Chez Monabanq, on obtient seulement un an de gratuité sur la carte Visa Premier, soit 36 euros d’économies. BforBank, elle, s’est retirée du jeu. Heureusement, un acteur plus récent, Orange Bank, a pris le relais et affiche une prime de 80 euros (50 euros si vous n’êtes pas client Orange internet ou mobile), plus une réduction sur le prix de la formule premium.

A consulter : le comparatif des offres des banques en ligne

Deux attitudes face aux 80 euros

En prenant un peu de recul, on peut donc diviser le marché en deux catégories. Le « canal historique », incarné par Boursorama et Fortuneo, continue à parier coûte que coûte sur l’attrait des 80 euros. Les dissidents - Monabanq, ING, Hello Bank - prennent eux des libertés avec le dogme et n’hésitent plus à faire preuve de créativité et de variété. Seule enseigne à avoir répondu à nos sollicitations, Hello Bank a ainsi confirmé qu’elle souhaitait « alterner dans les prochains mois les réductions offertes pour la souscription à l’offre Hello Prime et les primes de bienvenue, en fonction de l’actualité commerciale ».

La mode des offres flash

Une autre tendance marketing forte touche, elle, toutes les marques : la mode des ventes flash. L’exemple le plus connu est celui des Pink Week-End de Boursorama, qui revient presque tous les mois, et au cours duquel le montant des primes s’envole. Dans le même esprit, la banque en ligne inaugure, aujourd’hui mercredi 11 novembre, un nouveau rendez-vous , le Single Day, avec à la clé une prime de 130 euros, à saisir avant ce soir.

Une tendance au recul sur le long terme

Si l’on excepte ces temps forts, l’historique des offres promotionnelles est pourtant assez clair : le montant des primes et la durée des offres ont bien tendance à reculer. Si Hello Bank oscille depuis longtemps entre 50 et 80 euros, selon les périodes, cette tendance touche maintenant ING, qui ramène régulièrement sa prime à 40 euros, voire ponctuellement à 0. Il y a aussi le cas BforBank. Après avoir également expérimenté les ventes flash (les BforBank Days), la banque privée en ligne du Crédit Agricole a commencé par baisser sa prime à 60 euros, avant de la faire disparaître totalement depuis mars.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Il faut sans doute y avoir l’indice que ces marques, en particulier, sont entrées dans une nouvelle phase de leur développement, où elles cherchent plus à fidéliser leurs clients existants qu’à en conquérir de nouveaux. « Ouvrir un compte à un client qui ne l'utilisera que 3 semaines, l'été, lorsqu'il part en voyage, cela a-t-il un sens ? », nous expliquait ainsi Frédéric Niel, le directeur de la banque en ligne chez ING France, en octobre 2019. La logique est aussi économique : la plupart des banques en ligne, dont certaines existent depuis plus de 20 ans, peinent encore à gagner de l’argent. Notamment à cause des primes de bienvenue, qui alourdissent la dépense nécessaire pour attirer chaque client.