Nickel, le compte de paiement distribué en bureaux de tabac, passe la vitesse supérieure en finançant une campagne de pub à la télévision. La marque leader de la néobanque en France s’était jusqu’ici surtout appuyée sur le bouche-à-oreille.

C’est une première ! Depuis lundi et durant deux semaines, Nickel fait sa promotion à la télévision, grâce à deux spots diffusés en direct sur les grandes chaînes, et en rediffusion à la demande. Un vrai tournant pour la marque qui jusqu’ici s’était surtout reposée sur sa présence dans les bureaux de tabac et les recommandations de ses clients pour se faire connaître. « Aujourd’hui, 60% de nos clients viennent à nous grâce au bouche-à-oreille », confirme Marie Degrand-Guillaud, directrice déléguée de Nickel.

Cette stratégie, qui a l’avantage d’être peu coûteuse, a tout de même permis à la néobanque de passer le cap des 1,5 million de clients en France. Mais Nickel veut désormais aller encore plus vite, pour suivre le rythme d’un marché en plein boom. Et rien ne vaut la télévision pour toucher le très grand public. Un « gros investissement », confirme Marie Degrand-Guillaud qui doit permettre d’atteindre l’objectif que s’est fixée l’entreprise : 4 millions de clients et 10 000 points de vente d’ici 2024.

« Notre message ne change pas »

S’agit-il aussi d’élargir le profil de clientèle de Nickel ? « Non, explique la porte-parole. Notre message ne change pas : Nickel, c’est pour tout le monde ». La néobanque attire actuellement un tiers environ de personnes mal-bancarisées (notamment parce qu’elles sont fichées à la Banque de France), un tiers de clients sensibles au prix et un tiers qui l’utilisent comme un compte secondaire, pour voyager ou acheter en ligne, notamment.

Jusqu'à 80 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Reste une question : Nickel, parfois critiquée sur le manque de réactivité de son service clients, est-elle armée pour répondre à un éventuel afflux de nouveaux clients ? Marie Degrand-Guillaud se veut rassurante : « Nickel va recruter en France plus de 100 salariés par an sur les années 2020, 2021 et 2022. Nous sommes prêts à faire face à une forte croissance de notre activité. »

Voir le comparatif des néobanques