Soon, le service bancaire 100% mobile adossé à Axa Banque, vient d’annoncer son intégration, en septembre prochain, à l’offre de compte bancaire de sa maison-mère. La fin d’une expérience de 3 ans, qui a permis à Axa de tester certains nouveaux usages bancaires.

C’est désormais officiel : Axa Banque va mettre un point final à son service bancaire 100% mobile et gratuit Soon. Une fermeture présentée comme une « intégration » des services Soon au sein de l’offre traditionnelle d’Axa Banque, à partir de septembre prochain.

L’annonce n’est pas une surprise. On savait Soon en sursis depuis qu’Axa Banque avait présenté, en début d’année, un changement de stratégie. Depuis le mois de janvier en effet, le compte bancaire Axa a vu ses tarifs évoluer pour se rapprocher de ceux de certaines banques 100% en ligne. La filiale bancaire de l’assureur applique notamment la gratuité sur la carte bancaire, à condition d’effectuer au moins 900 euros de paiement par trimestre.

Lire aussi : Le plan d'Axa Banque pour profiter du changement de banque facilité

30 0000 clients en 3 ans

Lancé en janvier 2014, Soon avait brillé par sa nouveauté dans le paysage bancaire de l’époque. Très inspiré par la banque américaine Simple, le service, régulièrement décrit par Axa comme un « laboratoire », se contentait d’un catalogue très court : une carte bancaire - gratuite sans conditions de revenus -, un compte courant et un livret d’épargne. 100% mobile, il proposait quelques fonctionnalités inédites en France à l’époque : le solde prédictif, la présentation des opérations en timeline, la personnalisation des informations liées aux achats, les paiements de pair à pair via Paypal… Des fonctionnalités dont certaines vont être intégrées prochainement dans le compte bancaire Axa.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Pour autant, Soon avait peiné à convaincre : 30 000 clients environ en un peu plus de 3 ans d’existence. Des clients qui vont devoir désormais faire un choix : migrer chez Axa Banque, ou aller voir du côté de la concurrence.