La Banque de France a annoncé mardi la mise en place d'un numéro de téléphone unique : le 3414. Il remplace les quelque 200 numéros existants, afin de simplifier l'accès aux services de l'institution, notamment pour les personnes en difficulté financière.

L'objectif « est d'offrir plus de lisibilité et de simplicité pour joindre nos services, et d'efficacité dans la prise en charge des questions du public », précise la banque centrale française, qui reçoit chaque année plus de 1 million d'appels.

Pour faire connaître ce nouveau numéro, en place depuis fin octobre au prix d'un appel local (non surtaxé), l'institution lance par ailleurs une campagne de publicité.

« Les personnes qui s'adressent à nous sont des particuliers qui rencontrent une difficulté d'ordre bancaire », rappelle le directeur des particuliers de la Banque de France, Mark Béguery, soit « pour avoir un compte bancaire et des moyens de paiement », soit « parce qu'elles sont fichées pour des incidents de paiement », soit parce qu'elles « n'arrivent pas à faire face à leurs dettes ».

Le nouveau numéro de téléphone unique, accessible du lundi au vendredi de 8H à 18H, s'inscrit en complément des autres canaux disponibles pour contacter la Banque de France : dans les guichets partout en France, par courrier postal ou sur son site internet.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

115 000 dossiers de surendettement

Avec la persistance de l'inflation en France (6,2% sur un an au mois d'octobre, selon l'Insee), la Banque de France se veut par ailleurs vigilante à l'égard du surendettement.

Près de 40% des appels entrants concernent ce sujet. L'institution ne constate pas pour autant d'augmentation du nombre de dépôts de dossiers de surendettement. Le total en 2022 devrait tourner autour de 115 000, moins qu'en 2021 (environ 121 000).

Signal faible, l'Association française des sociétés financières (ASF) avait rendu compte en octobre d'une « légère baisse de la qualité de la demande » des crédits à la consommation, qui par ailleurs sont en hausse de 9,2% sur un an au troisième trimestre.