Un couple a été victime d'une fraude au faux conseiller bancaire début mai. Après avoir reçu l'appel d'un prétendu conseiller anti-fraude, les deux victimes se sont fait voler près de 15 000 euros en quelques heures seulement. Elles ont heureusement agi à temps et ont pu faire opposition.

Les escrocs ne se contentent aujourd'hui plus de dérober les coordonnées bancaires de leurs victimes. Ils vont jusqu'à les obtenir de la part des victimes directement, avant de leur voler toutes leurs économies. C'est la mésaventure qu'a subie un couple, qui s'est confié au Parisien.

Le 3 mai dernier, l'homme d'une trentaine d'années revenait d'un déplacement professionnel quand il a reçu un appel d'un prétendu conseiller anti-fraude de sa banque. Ce dernier l'a informé que des opérations frauduleuses avaient eu lieu sur son compte la veille et lui a proposé de les annuler et sécuriser son compte en direct au téléphone.

Faux conseiller bancaire : ne rappelez pas après avoir reçu ce SMS, c'est une arnaque

14 800 euros volés en moins de deux heures

« Il était rassurant il connaissait beaucoup d'informations me concernant, dont les quatre derniers chiffres de ma carte bancaire », se souvient la victime, interrogée par Le Parisien. « Mais il me mettait aussi dans une position d'insécurité, car il me disait qu'il fallait agir vite. »

Mais c'est en réalité durant cet appel que les vraies opérations frauduleuses ont eu lieu. Au total, en moins de deux heures, l'escroc a subtilisé plus de 14 800 euros sur le compte de la victime, soit la quasi-intégralité de ses économies. Le couple a heureusement agi très vite et a pu faire opposition sur la plupart des transactions faites par l'escroc.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Pour réussir une telle arnaque, les malfaiteurs se procurent en général d'abord certaines informations personnelles afin de mettre la victime en confiance. « C'est ce qu'on appelle de l'ingénierie sociale », explique le spécialiste Jean-Jacques Latour au Parisien. « Les fraudeurs vont jouer sur des leviers psychologiques [...] Ce sont de bons bonimenteurs. »

Arnaque à l'épargne : cette retraitée a perdu 500 000 euros, confiés à une fausse banque en ligne