La Banque postale détient plus de 97% des actions de CNP Assurances à la clôture de l'OPA lancée le 2 mai, a annoncé l'Autorité des marchés (AMF) vendredi, ouvrant la voie à une sortie de la cote de l'assureur.

« À la clôture de l'offre publique d'achat simplifiée, l'initiateur (La Banque postale, ndlr) détient (...) 97,67% du capital et 98,49% des droits de vote » de CNP Assurances, a indiqué l'AMF dans un communiqué.

La Banque postale s'est félicitée dans la foulée de ce résultat et a confirmé sa volonté de sortir l'assureur de la Bourse.

La banque publique « va formuler dans les prochains jours une demande de mise en œuvre d'une procédure de retrait obligatoire auprès de l'AMF », détaille-t-elle.

Cette opération présentée fin octobre est une étape capitale dans la constitution d'un grand pôle financier public sous l'égide de La Poste.

L'offre publique d'achat (OPA) courait jusqu'au 31 mai mais le résultat n'a été rendu public que vendredi, du fait de l'intégration de l'ensemble des ordres.

Le prix proposé aux actionnaires était de 20,90 euros par action, soit celui annoncé en octobre, moins un euro versé en avril au titre du dividende.

La Banque Postale détenait déjà avant l'OPA un peu plus de 85% du capital de CNP Assurances. Elle ne cachait alors pas son ambition de sortir l'assureur de la cote une fois le seuil des 90% de détention franchi.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

La prise de contrôle de CNP Assurances « apporte davantage de simplicité sur le plan opérationnel et augmente le revenu du groupe », explique une source proche du dossier.

La Banque postale n'a fait que monter au capital de CNP Assurances, en se portant notamment acquéreur mi-décembre de la participation de 16,1% du groupe BPCE.

Au total, l'opération lui aura couté 5,7 milliards d'euros.