La gendarmerie nationale et la procureure de Paris Laure Beccuau ont mis en garde vendredi le public face aux faux ordres de virement transmis via des adresses mails piratées.

« Les enquêteurs de la gendarmerie, ainsi que le parquet de Paris appellent (...) à la plus grande vigilance et déconseillent le paiement de factures qui seraient adressées par mail avant d'en avoir vérifié la validité auprès de l'émetteur », écrivent-ils dans un communiqué. Laure Beccuau y détaille l'enquête menée depuis mi-décembre par la section cybercriminalité du parquet de Paris après une plainte déposée le mois dernier à Colmar. Cette dernière dénonçait une escroquerie par faux ordre de virement commise après le piratage d'une adresse mail qui permettait de recueillir des informations détaillées.

Les enquêteurs de la gendarmerie « ont saisi des fichiers qui contenaient au final plus d'un millier d'adresses mail Orange actives susceptibles d'avoir subi une escroquerie », précise le parquet.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Selon ce dernier et la gendarmerie, la société Orange a « supprimé les redirections de ces boîtes mail et a mis en place une cellule dédiée qui contacte les clients concernés afin de les accompagner. »