Le groupe bancaire public La Banque Postale, qui a intégré l'an passé l'assureur CNP Assurances, a annoncé mardi vouloir accélérer la diversification de ses activités ces prochaines années.

Fondée il y a 15 ans, « La Banque Postale va accélérer le développement de ses métiers de diversification, où elle a développé des positions reconnues d'expertise », notamment dans le crédit consommation, la gestion d'actifs, les services bancaires pour les collectivités locales ou les entreprises, a commenté Philippe Heim, le nouveau patron du groupe.

Dans les activités de détail, cette stratégie doit se traduire pour La Banque Postale par plus de trois millions de nouvelles entrées en relation d'ici 2025, l'atteinte de 1,3 million de clients pour sa banque en ligne Ma French Bank, ainsi qu'un doublement des encours gérés par la banque privée BPE.

Développer des partenariats à l'étranger

Le groupe entend par exemple se renforcer dans le crédit à la consommation, avec un objectif de croissance de 40% de ses encours d'ici à 2025. Il veut aussi s'appuyer sur sa nouvelle filiale CNP Assurances pour doper ses activités dans le secteur de l'assurance et à l'international.

La Banque Postale voudrait voir 20% de ses recettes totales provenir des activités hors de France en 2025. « Le développement de partenariats à l'étranger permettra l'acquisition de nouvelles compétences, la diversification du portefeuille d'activités afin de réduire son exposition aux taux négatifs de la zone euro et capter le potentiel des zones ou secteurs à forte croissance », précise-t-elle.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Bénéfice en baisse de 5% en 2020

Ces annonces interviennent après un exercice 2020 marqué par la crise sanitaire, mais aussi par l'intégration de CNP Assurances. Cette dernière a dopé le bénéfice net, à plus de quatre milliards d'euros contre 780 millions en 2019. Le produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires, a quant à lui progressé de 36,8% pour atteindre plus de 7,7 milliards.

Hors effets exceptionnels et de périmètre, le produit net bancaire ressort en recul de 2,6%. Le bénéfice est quand à lui en baisse de plus de 5%, à 738 millions.