Le Crédit Mutuel Alliance Fédérale, entité qui rassemble 13 des 18 fédérations régionales du Crédit Mutuel, a gonflé ses provisions l'an passé pour faire face à une hausse attendue des défaillances d'emprunteurs et à la dégradation de la conjoncture économique.

L'an passé, l'Alliance fédérale a réalisé un bénéfice net d'environ 2,6 milliards d'euros, en baisse de 17,5% par rapport à 2019, selon un communiqué. Ce repli est essentiellement lié au premier semestre, alors que la banque a connu un net rebond au second semestre. « Cette baisse reflète le contexte de crise qui affecte les revenus et surtout le haut niveau d'incertitudes provoqué par la pandémie de Covid-19 sur les risques », a précisé Crédit Mutuel Alliance Fédérale dans un communiqué.

Dans ce contexte, l'établissement bancaire a sans surprise multiplié l'an passé ses provisions pour faire face à d'éventuels accidents dans le remboursement des crédits qu'il a accordés. Il a ainsi suivi la même politique que la plupart des autres groupes bancaires français. Ces provisions, multipliées par plus deux, portent pour l'essentiel sur des crédits actuellement considérés comme sains, en raison d'une dégradation attendue des perspectives économiques qui a conduit la banque à renforcer le poids de son scénario « pessimiste » dans ses modèles.

« Dans un contexte d'incertitude et de crise durable qui touche de manière très inégale des pans entiers de l'économie, Crédit Mutuel Alliance Fédérale anticipe une hausse des défaillances futures en renforçant sa politique d'anticipation de la gestion des risques de crédit et en comptabilisant un niveau très significatif de provisions pour risques non avérés », justifie-t-il.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Du point de vue de l'activité commerciale, le produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires, a quant à lui atteint un peu plus de 14,2 milliards d'euros en 2020, affichant ainsi une baisse limitée à 2,3%. Outre les effets de ralentissement économique dus à la crise sanitaire, cette baisse est aussi le résultat de diverses « mesures de solidarité » mises en œuvre l'an passé, à hauteur d'environ 200 millions d'euros. Toilettée pour gommer le poids de ces mesures, la baisse du produit net bancaire est ramenée à 0,9%.