Coronavirus : les banques obtiennent 109 milliards d'euros de la BCE

La BCE
© Edijs Palens - Fotolia.com

La Banque centrale européenne (BCE) a fourni plus de 100 milliards d'euros de liquidités aux banques, incitées à maintenir leurs lignes de crédit aux entreprises face à l'épidémie de coronavirus, a annoncé mardi l'institut monétaire.

En tout 110 banques ont retiré pour 109,1 milliards d'euros de monnaie de banque centrale, qui sera à rembourser dans plus de trois mois. Cette opération de refinancement, la première de treize prévues d'ici mi-juin, s'inscrit dans le paquet de mesures annoncées jeudi dernier pour amortir la crise du coronavirus.

Ces prêts sur quelques semaines serviront de relais jusqu'à ce qu'une autre vague de financement à long terme n'intervienne le 24 juin, selon un programme décidé lui en septembre dernier (TLTRO III).

Un soutien de la BCE plus important envisagé

L'importance de la demande des banques pour la présente opération « pourrait être le reflet d'un stress de financement anticipé sur les marchés monétaires » selon Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Asset Management. Mais la BCE pourrait encore accroître son soutien monétaire, à l'instar de la Réserve fédérale américaine qui vient de baisser ses taux à deux reprises en moins de deux semaines.

Une piste est évoquée par l'ancien vice-président de la BCE, Vitor Constancio, très présent ces temps-ci sur Twitter : l'élargissement des rachats de dette publique et privée (le « QE ») « au-delà de la limite auto-imposée de 33% » de la dette disponible d'un pays donné, vu la hausse des taux de rendement d'obligations souveraines européennes.

L'écart des taux entre l'Allemagne, qui fait référence, et les pays moins solides de la zone euro, notamment l'Italie, se sont creusés depuis la crise du coronavirus. Christine Lagarde avait expliqué jeudi dernier que la BCE n'était « pas là pour combler les spreads », c'est-à-dire pour réduire cet écart de taux, une remarque qui avait accru la panique sur les marchés financiers. Dans la foulée, elle avait dû rectifier le tir sur la chaîne CNBC, promettant d'utiliser « toute la flexibilité » du programme de rachats de dette pour éviter une « fragmentation » de la zone euro.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire