Trois faux billets sur cinq sont des coupures de 50 euros, parmi les contrefaçons saisies dans la zone euro selon les statistiques de la BCE.

« La probabilité de recevoir une contrefaçon est vraiment minime », se félicite la Banque centrale européenne dans un communiqué diffusée fin juillet. Le nombre de faux billets retirés de la circulation lors du premier semestre 2018 apparaît ainsi en assez nette diminution par rapport aux semestres précédents : « Quelque 301 000 faux billets en euros ont été retirés de la circulation au premier semestre 2018, soit une baisse de 17,1% par rapport au second semestre 2017 et une diminution de 9,1% par rapport au premier semestre 2017 », souligne la BCE. L’institution insiste sur la faiblesse de ces chiffres par rapport au nombre de billets en circulation (21 milliards de billets en euros).

Concernant les coupures les plus touchées par la contrefaçon, la tendance des derniers semestres se confirme : le billet de 50 euros apparaît très nettement comme le « préféré » des faussaires puisqu’il représente 59,3% des coupures retirées de la circulation cette année, une proportion en augmentation. Suivent les coupures de 20 euros (23,8%), de 100 euros (10,9%) et de 10 euros (1,9%).

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

L’importance de la contrefaçon du billet de 50 euros s’explique par sa forte utilisation dans les autres pays européen. Les Français font ainsi figure d’exception en privilégiant le billet de 20 euros.

Lire aussi : Les Français toujours champions des petites coupures