La confusion règne au sein du Crédit Mutuel Massif Central. Le personnel reçoit actuellement des ordres contradictoires de la part du nouveau directeur délégué et de la direction du groupe Arkéa, qui dénonce un « putsch ».

La crise au Crédit Mutuel Massif Central a pris un nouveau tournant, suite au conseil d’administration du groupe Arkéa vendredi, et à de nouveaux événements dénoncés par la direction du même groupe ce lundi. Dans un email envoyé aux salariés, que cBanque s’est procuré, le directeur général du Crédit Mutuel Arkéa Ronan Le Moal invite les équipes du Crédit Mutuel Massif Central (CMMC) à suivre les directives du groupe, et non les « contre-ordres » énoncés sur place par le nouveau délégué général, Jean-Pierre Babel. Une situation créant « une confusion et un malaise bien légitimes » pour « les équipes sur place », comme le reconnaît Ronan Le Moal dans ce même email.

Vendredi, suite au conseil d’administration du groupe, Arkéa a en effet décidé de soumettre à l’autorisation du siège brestois toutes les décisions des caisses du Massif Central, aussi bien l’octroi d’un prêt immobilier qu’une autorisation de découvert. Malgré la volonté du CMMC de rejoindre le groupe rival CM11-CIC, à l’horizon 2019, Arkéa rappelle que le CMMC reste à ce jour partie intégrante du groupe Crédit Mutuel Arkéa, lequel demeure détenteur de l’agrément bancaire délivré par le régulateur.

« Vol d’ordinateur » et « nouveau système d’accès aux locaux »

La direction du Crédit Mutuel Arkéa a par ailleurs envoyé à ses équipes un courrier qu’elle a adressé au nouveau délégué général. Elle y dénonce, pêle-mêle, le démontage des caméras de surveillance au siège du CMMC à Clermont-Ferrand, l’installation d’un nouveau système d’accès à ces locaux, et le « vol de l’ordinateur du directeur général révoqué ». Ronan Le Moal se base sur ces éléments pour dénoncer une « tentative d’annexion » qu’il juge « organisée et préméditée ».

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Des propos dans la droite ligne de la prise de parole de Jean-Pierre Denis, président du Crédit Mutuel Arkéa, dans plusieurs médias ce week-end : « Cette opération, ce putsch, a été fomenté par le CM11-CIC », juge ainsi Jean-Pierre Denis dans les colonnes de Ouest-France, suite au conseil d’administration du groupe. « Le directeur général révoqué de la fédération du Massif Central a été remplacé par celui d’une autre fédération appartenant elle au CM11-CIC, notre concurrent direct. (…) C’est inacceptable, et incompréhensible. »

Plus généralement, le Crédit Mutuel Arkéa affirme qu’il ne remet pas en cause l’élection du nouveau président du CMMC, ni la volonté de cette fédération de quitter le groupe, mais il souligne qu’un tel départ ne peut se faire « de manière unilatérale ». En attendant, la confusion règne.

Lire aussi l'article du vendredi 7 juillet : Arkéa-Crédit Mutuel Massif Central : la crise à son paroxysme ?

Le nouveau président du CMMC réagit

Sollicité par cBanque, Frédéric Ranchon, élu président de la fédération du Crédit Mutuel Massif Central le 22 juin dernier, nous a communiqué une réponse écrite ce mardi 4 juillet : « Le vote des caisses locales du 22 juin 2017 et la nomination de Jean-Pierre Babel en qualité de délégué général du conseil d’administration sont le catalyseur d’un malaise qui existait depuis longtemps au sein du CMMC face à la centralisation croissante des opérations au siège du Crédit Mutuel Arkea à Brest et à une stratégie qui s’éloignait du développement de nos caisses locales. (...) »

« Passer d’une caisse fédérale à une autre est un choix technique en faveur d’un outil opérationnel et financier. Nous ne changeons pas de banque. (...) Nous restons fidèles au Crédit Mutuel et changeons simplement d’outil. Le choix de cette transition vers un nouvel outil technique, y compris la transition des données, se fera dans le plus strict respect des règles de droit, sous le contrôle des élus mutualistes et des autorités bancaires, comme c’est la règle, et dans l’esprit de confiance mutuelle qui est le nôtre. (...) Il est regrettable que leur professionnalisme puisse être remis en cause par des dirigeants du Crédit Mutuel, mouvement dont l’ADN est la confiance et l’ambition, ''aider et servir''. Notre souhait désormais est de réaliser la transition en bonne intelligence et dans les meilleurs délais. (...) »