La vague de rapprochements et fusions se poursuit au sein du groupe BPCE. Les deux grandes banques locales de l’Ouest de la France, qui s’étendent de la Vendée à la Normandie, ont engagé des discussions.

Jusqu'à 120 € offerts en comparant les meilleures banques en ligne

« La Banque Populaire Atlantique et la Banque Populaire de l’Ouest ont engagé les travaux en vue d’un rapprochement », annonce dans un communiqué commun la « BPA » et la « BPO », publié hier. Ce « rapprochement » permettrait selon elles « de constituer un acteur coopératif régional puissant, couvrant les régions Bretagne et Pays de la Loire ainsi que les départements de la Manche et de l’Orne en Normandie ».

Ce projet de fusion se présente dans un contexte de réduction des coûts, via une recherche de synergies entre les différentes entités du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne (BPCE). Dans le réseau Banque Populaire, cette annonce fait ainsi suite aux créations, effectives, de la BP Alsace Lorraine Champagne, de la BP Méditerranée et de la BP Auvergne Rhône Alpes.

Fusion des Banques Populaires de l'Ouest et Atlantique
L'emprise territoriale de la BPA et de la BPO

La Banque Populaire Atlantique couvre actuellement la partie basse du futur territoire, du Finistère-sud à la Vendée. La BPO couvre elle un territoire allant du Finistère-nord à l’Orne en passant par l’Ille-et-Vilaine. A jour, elles revendiquent l'une comme l'autre 370.000 clients environ. Le projet de fusion n’en est pour l’heure qu’à ses prémices puisque le 21 mars, les conseils d’administration des deux entités ont décidé de lancer une « étude d’opportunité et de faisabilité ». S’il se concrétise, ce projet donnerait naissance à un réseau de « plus de 3.000 collaborateurs » pour « plus de 750.000 clients » et 344 points de vente.

Lire aussi : Banque Populaire et Caisse d'Epargne : le point sur les fusions