Carrefour Banque s’apprête à lancer C-zam, un compte bancaire low cost, disponible en libre-service dans les rayons des supermarchés du géant de la distribution. Elle a levé le voile ce matin sur ce nouveau produit.

A compter du 18 avril, vous pourrez ajouter, entre « paquet de pâtes » et « dentifrice », un « compte bancaire » sur votre liste de courses. A compter de cette date en effet, C-zam (prononcez : « sésame ») fera son apparition dans les allées centrales et près des caisses de 3.000 hyper, supermarchés et magasins de proximité (Market, Proxi) du groupe Carrefour, ainsi que sur Rue du Commerce, son site de commerce en ligne.

Moyennant 5 euros, les clients du géant de la grande distribution pourront acquérir une simple boîte, ressemblant à un coffret cadeau. Dans celle-ci, une carte bancaire Mastercard à autorisation systématique et un code permettant d’ouvrir, en quelques minutes, un véritable compte courant avec RIB. Pour cela, il suffit de se connecter au site web ou à l’application mobile du service, de compléter un formulaire d’adhésion, de scanner ou photographier avec son smartphone deux justificatifs d’identité, puis d’approvisionner le compte, par carte bancaire pour un usage immédiat ou par virement si l’on est moins pressé. Au final, promet Carrefour Banque, 10 minutes suffisent.

12 euros annuels de frais de tenue de compte

Contrairement aux banques 100% en ligne, C-zam n’est pas totalement gratuit : pour l’utiliser, il faudra s’acquitter de frais de tenue de compte, à hauteur d’un euro par mois. Mais il a le double avantage de n’imposer aucune condition de revenus ou de dépôts - la seule contrainte est d’être majeur - et d’être sans engagement : le client mécontent peut clôturer son compte à tout moment, sans pénalités.

Outre ces frais de tenue de compte, C-zam fait également payer, un euro, les retraits en espèces. Carrefour Banque a toutefois prévu une exemption pour les retraits effectués dans ses propres distributeurs (un peu plus de 200 en France) mais aussi dans ceux de BNP Paribas (4.600). Cette dernière, il faut le rappeler, possède 40% de Carrefour Banque, via sa filiale spécialisé dans le crédit, BNP Paribas Personal Finance.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Du mobile, du temps réel

Si Carrefour Banque a prévu un site web dédié pour son nouveau produit, elle met surtout l’accent sur son usage sur smartphone. Grâce à elle, les usagers pourront suivre à la minute près l’état de leur compte, grâce aux notifications envoyées à chaque opération passée sur le compte, au crédit ou au débit. Ils pourront aussi, toujours en temps réel, restreindre les usages autorisés de la carte bancaire, voire la verrouiller complètement.

Des services innovants mais pas vraiment inédits : Compte Nickel - plus de 500.000 comptes ouverts en France - et N26 - 300.000 clients en Europe, dont 30.000 en France -, entre autres, les proposent déjà. Des « néobanques », pour reprendre l’expression en vogue, sur les plates-bandes desquelles Carrefour Banque semble bien déterminé à venir empiéter.

Ce faisant, l’enseigne complète aussi sa gamme de produits, qui comprend déjà des crédits, sa spécialité, mais aussi de l’épargne, de l’assurance et, déjà, des cartes bancaires. Comme ces dernières, les fameuses cartes Pass, C-zam permettra d’ailleurs de bénéficier du programme de fidélité Carrefour. Et des ponts seront également possibles avec les offres d’épargne et de crédits.