La Banque Postale a vu son bénéfice net augmenter de 4,4% en 2015, à 707 millions d'euros, et veut créer à son tour une nouvelle banque 100% en ligne l'an prochain, a-t-elle annoncé jeudi.

Ce résultat tient notamment à sa dynamique commerciale qui s'est matérialisée par la progression des encours de crédits aux particuliers (+2% à 59,4 milliards d'euros) comme aux entreprises et au secteur public local (+50,4% à 9,7 milliards d'euros).

Cagnottes internet et commerce électronique

Le groupe a indiqué vouloir accélérer sur le numérique dès cette année. Cela passera par la création d'un établissement de monnaie électronique, qui permettra notamment de constituer des cagnottes sur internet pour les particuliers, ou de faciliter les encaissements pour les enseignes du commerce électronique.

La Banque Postale a aussi annoncé vouloir lancer en 2017 une banque en ligne à 100%, comme ont pu le faire certains de ses concurrents ces dernières années. « Nous visons une clientèle la plus large possible et aussi beaucoup les jeunes. On en attend beaucoup », a souligné lors d'une conférence de presse le président du directoire Rémy Weber, sans vouloir divulguer d'objectifs de conquête.

« Il y aura sûrement une marque distincte » pour cette banque, a-t-il ajouté.

Banque de détail : hausse modérée du chiffre d'affaires

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) a augmenté de 1,3%, à 5,7 milliards d'euros. S'il a nettement progressé dans la gestion d'actifs (+32,4% à 144 millions d'euros) et dans l'assurance (+4,3% à 186 millions d'euros), la hausse a été plus modérée pour la banque de détail et la banque privée, de loin la première activité du groupe (+0,5% à 5,4 milliards d'euros).

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Soulignant l'environnement défavorable de taux bas qui pèse sur les revenus, Rémy Weber s'est montré optimiste quant à l'avenir. « Nous avons des perspectives de développement sur des marchés où nous sommes des outsiders, même dans une période de taux durablement bas, alors que, pour le reste de l'industrie, le PNB ne peut que stagner au mieux », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.