Haro sur les Arsène Lupin : la police judiciaire (PJ) et les directeurs de la sécurité des grandes entreprises ont décidé de renforcer leur collaboration pour lutter contre les escroqueries aux montants astronomiques comme les faux ordres de virement.

« Les entreprises françaises sont particulièrement victimes de fraudes et d'escroqueries d'envergure (...) qui alimentent financièrement des réseaux liés à la criminalité organisée », ont expliqué mercredi lors d'une conférence de presse l'Office central de la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), bras armé de la PJ pour ce type de délit, et le Club des directeurs des sécurité des entreprises (CDSE) qui ont signé un protocole d'accord.

« Commises sur le territoire français ou à l'étranger, ces infractions à fort impact économique et social » sont un « véritable fléau pour l'économie nationale » et visent les entreprises « de tous types », ont-ils expliqué.

« Fraudes au président »

Dans le collimateur, selon eux, les faux ordres de virement internationaux dont les fameuses « fraudes au président ». Elles consistent, pour les escrocs, à se faire passer - auprès d'un comptable par exemple - pour le PDG afin de le convaincre d'effectuer un virement important, de plusieurs millions d'euros parfois. La variante est également de lui faire croire qu'il s'agit d'un fournisseur.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

« 2.300 plaintes » de ce type d'escroqueries « ont été recensées depuis 2010, représentant un préjudice économique de 485 millions d'euros ». L'OCRGDF avait déjà lancé un cri d'alarme à ce sujet en 2014. « La sensibilisation des entreprises et le partage d'informations avec les services de PJ représentent des enjeux cruciaux pour lutter contre ce phénomène, d'autant plus que les modes opératoires des groupes criminels sont en constante évolution afin de déjouer les mesures de sécurité », ont dit les responsables. Ce partenariat PJ-entreprises « repose sur la prévention et l'échange régulier d'informations (...) dans le respect des impératifs liés à la préservation du secret des affaires ».