L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy François Pérol, président du groupe bancaire Banque populaire Caisses d'épargne (BPCE), a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris devant lequel il comparaissait pour « prise illégale d'intérêts ».

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

« Le tribunal vous déclare non coupable », a annoncé le président du tribunal, une décision accueillie par les larmes de François Pérol, présent à l'audience.

Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende, en plus d'une interdiction définitive d'exercer toute fonction publique, avait été requise en juin contre le haut fonctionnaire, le maximum encouru étant de deux ans ferme et 30.000 euros d'amende. Le parquet dispose de dix jours pour faire appel du jugement.

Il était reproché à l'ancien secrétaire général adjoint de la présidence de la République d'avoir accepté en février 2009 de prendre la tête du groupe issu du mariage entre la Banque populaire et la Caisse d'épargne (BPCE), alors qu'il avait suivi cette fusion à l'Élysée « en donnant des avis ou en proposant des décisions aux autorités compétentes ».