Société Générale a enregistré une hausse de 25% de son bénéfice net au deuxième trimestre, à 1,35 milliard d'euros, largement supérieur aux attentes, et annoncé mercredi un nouveau plan d'économies de 850 millions d'euros sur la période 2015-2017.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 856 millions d'euros, selon un consensus fourni par FactSet. Ce résultat bien meilleur qu'attendu tient compte d'une provision pour litige de 200 millions d'euros, portant le total de la provision collective pour litige de la banque à 1,3 milliard d'euros.

Comme Crédit Agricole, le groupe fait l'objet d'un passage en revue de certaines de ces transactions en dollars aux Etats-Unis pour savoir si elles sont conformes au droit américain, une affaire qui a valu à BNP Paribas une sanction record (6,6 milliards d'euros). SocGen ne détaille pas dans son communiqué la destination de cette nouvelle provision.

Progression de la banque de détail

Entre avril et juin, si le résultat a bénéficié d'éléments comptables à hauteur de 312 millions d'euros, il a également été tiré par la progression de l'activité, notamment dans la banque de détail en France et dans la banque de financement et d'investissement. Hors éléments comptables, le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) augmente de 9% à 6,54 milliards d'euros.

La banque de détail France voit son bénéfice net bondir de 20%, à 419 millions d'euros, et le pôle banque de grande clientèle et solutions investisseurs (BFI, banque privée, gestion d'actifs) voit le sien progresser de 15% à 691 millions d'euros.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Impact négatif de la Russie

Seule ombre au tableau, le pôle banque de détail et services financiers internationaux affiche une baisse de 6,6% de son bénéfice net à 312 millions d'euros, pénalisé par la Russie. Les activité russes de Société Générale affichent une perte de 45 millions d'euros ce trimestre, réduite cependant de moitié par rapport au premier trimestre. Pour Rosbank, cette perte s'élève à 61 millions. Le groupe, qui estime que ses affaires en Russie reviennent à la normale, indique avoir supprimé 1.200 postes dans le pays ce trimestre.

Nouveau plan d'économies

Le groupe bancaire, qui a réalisé 97% du plan d'économies qu'il s'était fixé en 2013 (soit 870 millions d'euros) annonce par ailleurs un nouveau plan de 850 millions d'euros d'ici 2017. « A mi-parcours, le groupe est en bonne voie pour atteindre l'ensemble des objectifs qu'il s'est fixés. Tous les métiers du groupe affichent des résultats en ligne ou supérieurs aux objectifs, à l'exception de la Russie où la situation se normalise progressivement », commente dans le communiqué le directeur général Frédéric Oudéa.

Fort de ces résultats, le groupe a relevé certains de ses objectifs de ratio de capitaux réglementaires.