La Caisse des Dépôts (CDC) a enregistré un bénéfice net de 1,79 milliard d'euros en 2014, en baisse de 16% par rapport à l'année d'avant où il avait été gonflé par des plus-values liées à la constitution de Bpifrance.

Le résultat net récurrent, qui reflète mieux l'activité du groupe, est de son côté en légère hausse, à 1,46 milliard d'euros, porté à la fois par les bonnes performances du Fonds d'épargne et des filiales de la Caisse. « Ce résultat traduit la bonne performance opérationnelle de l'ensemble des métiers et filiales du groupe dans un contexte économique pourtant peu favorable, marqué par des taux d'intérêt extrêmement bas », a commenté Pierre-René Lemas, directeur général du groupe. M. Lemas, arrivé à la tête du groupe en juillet, vise 20 milliards d'euros d'investissements dans les 5 prochaines années ainsi que l'octroi de 100 milliards d'euros de prêts sur Fonds d'épargne dans la même période.

L'an dernier, toutes les filiales et participations significatives de la Caisse ont dégagé des résultats positifs, notamment La Poste, avec une contribution de 12 millions d'euros après une dépréciation de la participation en 2013, et Transdev, avec une contribution de 12 millions contre un exercice 2013 plombé par les difficultés de la SNCM.

M. Lemas souhaite renforcer le pilotage des filiales de la Caisse en influant davantage sur leurs orientations stratégiques et en améliorer la gouvernance avec la mise en place de comités de rémunérations. Alors que la Cour des comptes avait récemment pointé des dérives dans les rémunérations au sein de filiales de la Caisse, M. Lemas propose de plafonner les rémunérations des dirigeants à 450.000 euros (plafond en vigueur dans le secteur public).

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Bénéfice net quasi-doublé sur le Fonds d'épargne

Le Fonds d'épargne, qui gère les encours centralisés du Livret A et du LDD, a vu son bénéfice net quasiment doubler, à 820 millions d'euros, soutenu par la baisse des taux de rémunération de ces produits d'épargne et par une meilleure tenue du portefeuille d'actifs financiers. Selon M. Lemas, la décollecte observée ces derniers mois n'a joué qu'à la marge sur les encours au regard de l'apport qu'avait permis le relèvement de plafond de ces livrets. En 2014, les encours ont progressé de 200 millions d'euros, pour s'établir à 243,5 milliards d'euros en fin d'année.

Ces dépôts permettent à la CDC d'octroyer des prêts aux collectivités (3,6 milliards de prêts signés en 2014), au logement social et à la politique de la ville (16,7 milliards d'euros signés l'an dernier) et au financement des infrastructures durables (100 millions signés en 2014).