Le montant de la rémunération variable accordée au PDG de Société Générale, Frédéric Oudéa, a augmenté de 18% à 1,4 million d'euros au titre de 2013, selon le document de référence de la banque disponible mardi sur son site internet.

Selon ce document, la rémunération variable atteint 1.406.070 euros, dont 281.214 euros seront versés en numéraire en 2014. Il s'agit d'une progression de 17,7% par rapport au 1.194.600 perçus au titre de 2012, lesquels représentaient déjà un bond de 75% par rapport à 2011.

1 million d'euros de rémunération fixe

M. Oudéa avait renoncé à sa rémunération variable en 2008 et 2009 en raison de la crise financière, avant de se voir attribuer à nouveau un bonus à partir de 2010.

Dans le détail, la rémunération variable au titre de 2013 se compose d'une part acquise de 40%, dont la moitié est convertie en titres et qui est inaccessible pendant un an. L'autre part, de 60%, est attribuée sous forme d'actions et conditionnée au niveau de rentabilité et de fonds propres du groupe atteint au bout de 3,5 ans. Dans le même temps, la rémunération fixe de Frédéric Oudéa est restée inchangée à 1 million d'euros au titre de 2013.

Le bénéfice net multiplié par trois

Ces chiffres sont dévoilés alors que Société Générale a publié des résultats pour 2013 en forte hausse et salués par les marchés. Le bénéfice net a quasiment triplé et la banque a dépassé ses objectifs en matière de solvabilité au terme de l'exercice 2013.

Le Conseil d'administration a ainsi tenu compte de ces performances pour arrêter la rémunération de Frédéric Oudéa, qui a par ailleurs atteint 96% des objectifs quantitatifs et 90% des objectifs qualitatifs qui lui avaient été fixés, précise le document de référence.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le Conseil d'administration a « estimé que le groupe a confirmé en 2013 sa capacité d'adaptation à un environnement en évolution rapide, avec un résultat net part du groupe multiplié par 2,8, de bonnes performances des métiers, la réalisation de la transformation du bilan, une organisation simplifiée dont la mise en œuvre est engagée avec succès et un plan d'économies en cours de déploiement ».