En 4 ans d’existence, la semaine de l’investissement socialement responsable (ISR) n’a pas permis de démocratiser cette forme d’investissement. Un sondage Ipsos-EIRIS-FIR montre que les potentiels investisseurs n’ont majoritairement jamais entendu parler de l’ISR. Ils se montrent pourtant sensibles aux critères sociaux, éthiques et environnementaux.

En 2011, pour la seconde semaine de l’ISR, l’institut Ipsos réalisait un sondage sur les Français et l’investissement socialement responsable à la demande de Eiris, organisation internationale spécialiste du secteur. A la question « Avant ce sondage, aviez-vous entendu parler de l’investissement socialement responsable ? », 64% des sondés détenant au moins un produit financier avaient répondu non. En 2013, même sondage (1), même question et quasiment même résultat : 62% des investisseurs répondent non.

La raison de cette méconnaissance apparaît dans l’édition 2013 de l’étude : seuls 2% des sondés affirment que leur banque ou leur conseiller leur ont déjà proposé de l’ISR. Et pourtant, 50% des investisseurs disent accorder une place importante aux critères environnemental, social et éthique dans leurs décisions de placement. Or l'ISR correspond justement à des placements financiers (actions, obligations, produits monétaires, etc.) dont les émetteurs intègrent des critères sociaux, environnementaux et de gouvernance.

Une campagne « Exigez l’ISR ! »

Le Forum pour l’investissement responsable (FIR) s’appuie notamment sur les résultats de ce sondage pour justifier sa campagne « Exigez l’ISR ! ». Le principe : inviter les épargnants à « prendre contact avec leur investissement financier pour demande des informations sur l’ISR et sur les produits d’épargne que l’on peut lui proposer », pour reprendre les termes du communiqué diffusé à l’occasion. Sur le site web de la semaine de l’ISR, la page « Exigez l’ISR ! » (2) propose aux usagers d’envoyer un e-mail pré-écrit de demande de renseignements à leur conseiller bancaire.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Paradoxalement, si les clients entendent peu parler de l’ISR via leur conseiller, les banques communiquent sur le sujet. Par exemple, à l’occasion de la semaine de l’investissement socialement responsable, BNP Paribas l'évoque sur la page d’accueil de son site internet. Le groupe BPCE invite lui, sur son site corporate, à visionner un film d’animation pédagogique intitulé « L’épargne responsable, ça vous parle ? ».

Hausse chez les investisseurs institutionnels

Si les particuliers se déclarent peu sensibilisés à l’ISR, le marché se porte plutôt bien en France. Selon l’étude annuelle de l’institut de recherche Novethic, publiée en avril dernier, l’ISR a augmenté de 29% en 2012. Une hausse avant tout due à l’attrait des investisseurs institutionnels, qui représentent 72% des encours, pour ces placements. Conséquence : « La part des clients particuliers continue de s'éroder et représente cette année 28% du marché (contre 30% en 2011) », souligne Novethic dans son étude.

Une solution pour dynamiser le marché de l’ISR auprès des particuliers ? Un label aisément reconnaissable. Il existe déjà les deux labels de Novethic (3), filiale de la Caisse des Dépôts, et le label délivré par le Comité intersyndical de l’épargne salariale (CIES). En parallèle, Amundi communique sur sa certification Afnor « Démarche ISR – Critères environnementaux, sociaux et de gouvernance de la gestion de portefeuilles » obtenue en septembre. Or 45% des investisseurs particuliers ayant répondu au sondage Ipsos et ayant une bonne connaissance de l’ISR reconnaissent que l’existence d’un « label soutenu par les pouvoirs publics » les inciterait à opter pour ce mode d'investissement. Le gouvernement a annoncé en septembre 2012 souhaiter créer un tel label. Sans suite pour l'instant.

(1) Cette fois, le Forum pour l’investissement durable (FIR) a commandé le sondage avec Eiris. Etude réalisée du 20 au 22 septembre auprès de 1.001 Français de 16 à 75 ans, les questions sur l’ISR ayant été posées aux sondés détenant au moins un produit financier, soit 90% de l’échantillon.

(2) www.semaine-isr.fr/exigez-l-isr/

(3) Label ISR et label Fonds vert.