Toujours en quête d’épargne fraîche pour améliorer leurs ratios de liquidité, les banques se battent actuellement sur tous les segments du marché des livrets. Les produits destinés aux jeunes ne font pas exception, et certaines enseignes font preuve de créativité dans le domaine.

Le Livret Jeune

Créé par l’Etat en 1996, le Livret Jeune, réservé aux 12-25 ans et plafonné à 1.600 euros, présente l’intérêt, pour l’épargnant, d’être exonéré de fiscalité, comme le Livret A et le Livret de développement durable (LDD). Mais il est également intéressant pour les banques : l’épargne collectée via ce produit réglementé est intégrée à leur bilan, quand celle du Livret A et du LDD est partiellement centralisée à la Caisse des Dépôts. Et son taux peut être fixé librement (avec pour seule contrainte d’être égal ou supérieur à celui du Livret A), ce qui autorise les pratiques concurrentielles.

Certaines banques ne s’en privent d’ailleurs pas. Lorsque l’essentiel du marché se situe entre 3% et 3,5% (voir notre tableau comparatif des Livrets Jeunes), le Livret Epargne Jeune de Monabanq affiche un taux net de 4%. Et ce n’est sans doute pas fini, puisque la banque en ligne devrait communiquer prochainement sur ce produit.

Les livrets enfants

Les moins de douze ans ne sont pas oubliés par les banques. La plupart d'entre elles ont également créé leurs propres livrets dédiés aux enfants. Ils ont en commun de fixer des plafonds d’encours assez bas (l’alignement sur le Livret Jeune est la règle), des taux parfois supérieurs aux livrets classiques, et d'être fiscalisés. Parmi les mieux rémunérés, on retrouve encore Monabanq, avec son Compte Epargne Jeune, Groupama Banque, avec le Livret P’tit Malin, le Livret Scoopy du Crédit Coopératif ou encore le Livret Première Epargne du CIC.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Il y a encore quelques mois, on ne donnait pourtant pas très cher de la peau de ces livrets. Créés pour compenser l'absence du Livret A dans le catalogue des banques, ils devenaient quasi-obsolètes avec sa généralisation, début 2009. La Société Générale avait même arrêté la commercialisation de son Livret Eurokid, comme certaines caisses régionales du Crédit Agricole avec le Livret Tiwi. Nombre d'enseignes proposent par ailleurs des versions enfant du Livret A, avec à la clé des primes (c’est le cas par exemple dans certaines Caisses d’Epargne) ou des cadeaux à l’ouverture. 

Toutefois, avec la crise et la nécessité de capter plus d'épargne bilantielle, les livrets enfants semblent avoir retrouvé de la pertinence, et les banques de la créativité dans le domaine. Les derniers exemples en date concernent ING Direct et la Caisse d’Epargne. La banque en ligne d’origine néerlandaise vient en effet d'ouvrir l’accès à son fameux Livret Epargne Orange aux mineurs. Comme pour la version adultes, elle propose même un taux boosté à l’ouverture de son LEO enfants.

La Caisse d’Epargne, de son côté, a créé un nouveau produit, baptisé Livret 10/12. Comme son nom l’indique, il s’adresse aux enfants de 10 à 12 ans, pas encore éligibles au Livret Jeune. Fiscalisé, il affiche un taux brut assez attractif (entre 3,25% et 4% selon les caisses régionales) et se transforme automatiquement en Livret Jeune au 12e anniversaire du jeune épargnant.