Sur BFM, le président de BNP Paribas, Baudoin Prot, a assuré que les créanciers privés de la Grèce étaient « très proches » d'un accord avec les représentants de l'Etat grec, les autorités européennes et les émissaires du Fonds monétaire international (FMI).

Confirmant des informations communiquées à l'AFP par des sources concordantes, Baudoin Prot a indiqué que « les efforts qui sont demandés aux créanciers (privés) sont plutôt supérieurs à 50% (de décote) ». L'accord du 27 octobre prévoyait une décote de 50% sur la valeur nominale des titres grecs.

Pour le président du conseil d'administration de BNP Paribas, une issue positive et rapide aux négociations serait « un des facteurs qui (pourrait), au début de cette année 2012, redonner des perspectives à la zone euro ». Il a estimé qu'en cas d'accord, le processus d'échange des anciens titres d'Etat grecs contre les nouveaux prendrait un mois.

Banque pour les jeunes : comparatif des offres pour les étudiants et jeunes actifs

Outre le directeur de l'Institut de la finance internationale (IIF) Charles Dallara, le principal représentant des créanciers privés lors de ces négociations est Jean Lemierre, détaché par BNP Paribas.