La société de courtage et de banque en ligne Boursorama, filiale de Société Générale, a enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net en hausse de 21%, à 11,7 millions d'euros, porté, comme au premier trimestre, par l'activité bancaire alors que le courtage a souffert.

Pour la partie France, qui représente 97% du résultat, l'activité bancaire pèse désormais plus de la moitié (53%) du produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires), et a connu une croissance de 25% sur la période, selon un communiqué publié lundi.

Hausse des comptes courants

Au cours du trimestre, Boursorama a enregistré 15.785 ouvertures de comptes courants. « La banque en ligne bénéficie en France d’un environnement favorable et devient le relais de croissance de Boursorama », souligne le groupe, qui ajoute que « pour renforcer ses atouts sur ce marché de plus en plus concurrentiel et exigeant, Boursorama doit évoluer ».

Dans cette optique, le groupe « a présenté un projet de regroupement des moyens et des compétences commerciales au siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) à ses instances représentatives du personnel ». Le projet de regroupement concerne les 12 points de vente du réseau et son impact financier sera comptabilisé au deuxième semestre 2011, indique Boursorama sans plus de précision.

Ralentissement du courtage

La progression de l'activité bancaire en France au deuxième trimestre compense le ralentissement de l'activité courtage (-14%). « L'environnement boursier dégradé a pesé », explique Boursorama. Le nombre d'ordres est ainsi en forte baisse de 24%.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Le troisième métier du groupe, le portail internet, affiche une hausse de ses revenus de 2%.

Hors de France, le PDG Inès-Claire Mercereau, citée dans le communiqué, souligne que « le deuxième trimestre confirme la tendance à l'équilibre des résultats de nos filiales internationales, grâce notamment à la bonne maîtrise des frais généraux ». Au total, le PNB est en hausse de 5% à 55,4 millions d'euros. Les charges d'exploitation sont, elles, en léger repli de 1%, à 36,8 millions, ce qui contribue à la formation du résultat.