La banque Crédit Agricole SA a publié mercredi un bénéfice net multiplié par 2,6 à 742 millions d'euros, un chiffre supérieur aux attentes, tout en indiquant qu'un recours au marché ne sera pas nécessaire pour se conformer à Bâle III.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Le consensus des analystes de Dow Jones Newswires tablait sur un résultat net moindre, de 675 millions d'euros.

La banque a notamment profité d'une nette diminution du coût du risque (provisions constituées pour faire face au risque de non remboursement des prêts) de 18% sur un an, à 973 millions d'euros, malgré une hausse sur sa filiale grecque Emporiki. Le produit net bancaire a quant à lui progressé de 3,1% à 4,98 milliards d'euros, contre 4,95 milliards prévu par les analystes.

Serein face à Bâle III

Concernant le nouveau cadre réglementaire de Bâle III, la banque a indiqué ne pas avoir besoin de réaliser d'augmentation de capital pour atteindre un ratio de fonds propres « durs » d'au moins 7% des engagements pour 2018. Fin juin, le ratio de fonds propres « durs » s'établit à 9,8%, sans tenir compte des critères retenus par Bâle III.