D'après la Fédération bancaire française (FBF), les banques françaises, comme la plupart de leurs homologues européennes, vont mettre en place le prélèvement européen SEPA à partir du 1er novembre, respectant l'échéancier énoncé en avril 2009.

Le SEPA (ou espace unique de paiements en euro) permet d'effectuer des paiements de détail en euro aussi facilement, avec la même sécurité et au même coût dans toute l'Europe qu'à l'intérieur d'un pays aujourd'hui. Le projet rassemble les Etats membres de l'Union européenne, ainsi que la Norvège, le Liechtenstein, l'Islande et la Suisse.

Le virement européen est déjà possible depuis janvier 2008 pour les banques françaises. Le prélèvement permettra quant à lui de régler des factures auprès d'un fournisseur français ou d'un créancier situé dans l'espace européen SEPA.

Si le prélèvement français classique demeure, le prélèvement SEPA se veut plus simple d'utilisation, selon la FBF. Il ne sera par exemple accompagné que d'un seul formulaire à remplir et signer par le consommateur, puis remis au créancier, là où auparavant il y en avait deux (un pour le fournisseur et l'autre pour la banque). La FBF indique que d'ici fin 2010, près de 80% des virements de l'administration seront au format SEPA. Elle met en outre à disposition du grand public un guide sur internet sur les sites www.fbf.fr et wwww.lesclesdelabanque.com.

Jusqu'à 100 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

La Banque centrale européenne (BCE) avait estimé de son côté par le passé l'importance du SEPA équivalente à celle de l'introduction des pièces et des billets en euro en 2002.