BBVA, la deuxième banque espagnole, vient de racheter, pour un peu plus de 100 millions de dollars, la start-up bancaire américaine Simple, à la pointe des nouveaux usages de banque à distance. Un nouvel exemple de la « course à la digitalisation » dans laquelle se trouvent aujourd’hui les enseignes de détail, à l’image en France d’Axa Banque, qui vient de lancer Soon, un service bancaire 100% mobile.

Une banque sans agences, qui ne fait pas de publicité, sans frais, accessible uniquement sur invitation et proposant toute une série de services innovants : tel est le modèle de Simple, la start-up américaine récemment acquise par BBVA, deuxième enseigne bancaire espagnole derrière Santander, pour un montant d’un peu plus de 100 millions de dollars.

Créée en 2009, dans le contexte d’après-crise des subprime, lancée commercialement en juillet 2012, Simple a voulu, à dessein, introduire une rupture par rapport à la relation bancaire classique, se construisant une image de banque alternative : une offre de produits réduite à sa plus simple expression (une carte bancaire et un compte courant), une tarification quasi-inexistante et des outils de gestion destinés à faciliter la vie de ses clients. Simple a ainsi introduit le concept de solde prédictif, qui permet de visualiser instantanément non pas l’état du compte à un instant T, mais l’état du compte dans le futur, une fois déduites les dépenses récurrentes à venir. Il offre aussi, entre autres, à ses clients des outils de visualisation de leurs dépenses par poste, un système d’épargne par projet et la possibilité d’encaisser des chèques à distance, en les prenant en photo depuis son téléphone.

Si l’on en croit le communiqué publié par Simple le 20 février dernier, le rachat par BBVA ne devrait rien changer aux activités de Simple aux Etats-Unis. La banque espagnole justifie de son côté son investissement par sa volonté de « renforcer [sa] transition globale vers la banque digitale » tout en donnant à Simple les moyens de poursuivre sa croissance. Le service revendique actuellement 100.000 clients, ce qui est peu à l’échelle des Etats-Unis, mais a enregistré en 2013 une croissance de son fonds de commerce de 330%. BBVA ne dit pas, dans l’immédiat, si elle compte importer Simple en Europe.

Soon, dans l’esprit de Simple

Le profil « disruptif » de Simple rappelle étrangement celui d’une nouvelle marque bancaire, lancée récemment en France. Soon, application bancaire 100% mobile développée (en interne) par Axa Banque, ne s’en est d’ailleurs pas cachée : Simple a été une source d’inspiration.

Crédit auto : trouvez le meilleur prêt pour votre voiture !

Comme sa cousine nord-américaine, elle n’est disponible que sur invitation, affiche un catalogue de produits très court (une carte bancaire, un compte courant et un compte épargne) et la gratuité, sans conditions de revenus, sur les principales opérations de banque au quotidien. Rayon services, elle propose également le solde prédictif (appelé le « reste à dépenser ») et l’épargne de projet (en s’appuyant sur le Livret Axa Banque). Le chemin vers le grand public est toutefois encore long : depuis son lancement commercial, début janvier 2014, Soon a expédié « plus de 9.000 invitations » et enregistré « plusieurs centaines de demandes d’ouverture », selon des informations fournies par Axa Banque.

Lire également : Soon, le nouveau compte bancaire d’Axa Banque, est-il vraiment révolutionnaire ?