Le Crédit Agricole va lancer à la rentrée des cartes bancaires équipées d’un lecteur d’empreintes digitales. Le groupe expérimente aussi le paiement vocal.

Des transactions par carte validées, non pas avec un code à 4 chiffres, mais par la vérification des empreintes digitales : c’était l’une des nouveautés de BNP Paribas, testée grandeur nature à partir de l’automne 2020. Presque une année plus tard, c’est au tour d’une autre grande banque française de s’immiscer dans la brèche de la biométrie pour un usage grand public. Il s’agit du Crédit Agricole qui, comme le révèlent Les Echos, va lancer à partir de la rentrée de septembre des cartes bancaires capables de reconnaître l’empreinte digitale de leur propriétaire. Ce déploiement se fera dans « un nombre significatif de caisses régionales », explique au quotidien économique Jean-Luc Pothet, secrétaire général de Crédit Agricole Payment Services.

Selon nos informations, la moitié des caisses seraient partantes pour proposer cette fonctionnalité. Une option disponible sur les cartes premium en débit différé, à savoir la Gold Mastercard et la World Elite Mastercard.

Dès juin 2019, le Crédit Agricole s’est intéressé à cette alternative au code secret, en lançant une première expérimentation en Indre et Loire. Mais ce n’était pas la première banque de l’Hexagone à tester cette nouvelle fonctionnalité. En octobre 2018, la Société Générale avait aussi annoncé des pilotes de carte biométrique. Questionnée en janvier dernier, la banque rouge et noire nous indiquait que les tests continuaient… Les produits testés ne remplissant alors pas totalement le cahier des charges nécessaire à une éventuelle commercialisation.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Prix autour de 24 euros par an

Au moment de publier cet article, le prix de cette fonctionnalité au Crédit Agricole demeure inconnu… Aucune des 39 caisses régionales n’en fait pour l’heure mention dans sa brochure tarifaire. Par souci concurrentiel, le mot d'ordre donné aux caisses régionales proposant la carte biométrique devrait être de la facturer à un tarif semblable à celui de BNP Paribas. Chez cette dernière, l’option biométrique entraîne un surcoût de 24 euros par an, en plus de la cotisation de la Visa Premier de 134 euros annuels. Banques de plein exercice, les caisses régionales du Crédit Agricole restent libres de leur politique tarifaire.

L’intérêt du Crédit Agricole pour l’usage de la biométrie dépasse les seules empreintes digitales. En effet, sa filiale spécialisée « Crédit Agricole Payment Services » a lancé fin juillet un pilote de paiement vocal par carte bancaire en magasin, destiné aux personnes malvoyantes. Cette technologie, testée au Crédit Agricole Normandie-Seine, repose notamment sur une application mobile restituant vocalement les données de transaction.