La Banque de France a vu son résultat net divisé par trois en 2021, lesté notamment par une hausse des provisions en cas d'éventuels défauts dans son portefeuille, a-t-elle annoncé jeudi.

La banque publique a engrangé l'an dernier un résultat net de 763 millions d'euros, indique-t-elle dans son rapport annuel, contre 2,19 milliards d'euros en 2020. Cette différence s'explique principalement par une dotation de 2,8 milliards au fonds pour risques généraux, destiné à couvrir les risques financiers supportés par la banque. Il est désormais doté de 11,95 milliards d'euros.

L'institution publique a par ailleurs vu son bilan continuer à enfler en 2021, en hausse de 17% pour atteindre un peu plus de 2 000 milliards d'euros. Il était limité à 1 142 milliards d'euros au 31 décembre 2019, avant la crise du Covid-19 et la mise en place de la politique du « quoi qu'il en coûte ».

Cet accroissement « tient notamment à plusieurs programmes d'achats de titres » et à « des opérations de refinancement des établissements de crédit ciblées à très long terme », explique la banque dans son rapport annuel. Elle prend à sa charge un cinquième des 90 milliards d'euros de dette qui ont été achetés chaque mois l'an dernier par l'Eurosystème, regroupant la Banque centrale européenne (BCE) et l'ensemble des banques centrales nationales de la zone euro.

L'institution s'est par ailleurs félicitée de la solidité des banques et des assurances tricolores, les premières affichant un ratio de solvabilité de plus de 15,5% l'an dernier, au-dessus des exigences règlementaires, et les secondes un taux de couverture moyen de capital de solvabilité supérieur à 250%. Les institutions bancaires ont reçu l'an dernier 490 milliards d'euros de prêts de la banque de France.

187 milliards d'euros en or et en devises

La banque est à la fois « très solide » et « performante », a expliqué le gouverneur François Villeroy de Galhau, interrogé jeudi sur France 2. « Elle rapporte de l'argent à l'État, et donc aux Français, plus de 3,5 milliards qui seront reversés », a-t-il poursuivi.

« L'année 2021 était encore une année de pandémie », a souligné auprès de l'AFP Morgan Desprès, directeur de la stratégie de l'établissement public. « En dépit de toutes les sollicitations au niveau opérationnel, nous avons réussi à maintenir le cap », a-t-il noté.

Le rapport annuel est également l'occasion pour la Banque de France d'indiquer le niveau de remplissage de ses coffres : 187,3 milliards d'euros, en or et en devises au 31 décembre 2021.