L’accès à l’argent liquide se dégrade en zone rurale, à mesure que les distributeurs automatiques de billets (DAB) se raréfient. 2 500 ont ainsi disparu entre 2015 et 2017.

Succès du paiement sans contact, développement du e-commerce, déclin démographique des bourgs ruraux, fermetures d’agences bancaires : voici quelques éléments qui expliquent le déclin du nombre de distributeurs automatiques en France. Selon Le Monde, qui cite des élus locaux, près de 2 500 DAB ont disparu entre 2015 et 2017, leur nombre total passant de 58 300 à 55 800. Des fermetures qui interviendraient majoritairement dans les petites villes et les bourgs ruraux.

Toujours selon Le Monde, l’inquiétude face à cette disparition, qui complique l’accès au cash dans les territoires ruraux, fait partie des sujets qui remontent dans le cadre du grand débat national, organisé pour répondre à la crise des Gilets jaunes. A tel point qu’il figurait à l’ordre du jour d’une réunion organisée début février à Bercy avec la place bancaire française.

Frais bancaires : jusqu'à 220 € d'économies grâce à notre comparateur

Pour tenter d’enrayer cette disparition, des sénateurs ont adopté en novembre dernier une proposition de loi sur le sujet. Votée contre l’avis du gouvernement, elle a toutefois peu de chances d’être mise à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Plutôt que de contraindre les banques à maintenir des DAB non rentables dans les bourgs ruraux, l’exécutif préfère promouvoir le « cashback ». Cette pratique, qui permet à un commerçant de fournir des espèces à ses clients à l’occasion de paiements par carte, est désormais encadrée en France et pourrait se développer.

Lire aussi : Retrait d'espèces en magasin : mode d'emploi du « cashback »