Dans un courrier révélé par Les Echos, la Direction générale du Trésor et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), régulateur du secteur bancaire, avertissent le Crédit Mutuel Arkéa : le projet de créer son propre organe central « est dénué d’effet juridique ».

Le Crédit Mutuel Arkéa a prévu de réunir aujourd’hui, demain et après-demain, des assemblées générales exceptionnelles dans ses trois fédérations : Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central. Objectif : faire voter une résolution prenant acte de « l’existence au sein du Crédit Mutuel de groupes autonomes et concurrents », et demandant la création de son propre organe central autonome. Une manière de concrétiser sa rupture avec la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM), qu’Arkéa considère comme inféodé à CM11-CIC, l’autre grand groupe de la confédération.

Mais les pouvoirs publics, qui ont déjà marqué par le passé leur inquiétude face aux velléités d’indépendance d’Arkéa, ne voient pas cette initiative d’un bon œil. Dans un courrier daté du 17 octobre, cosigné par Odile Renaud-Basso, directrice générale du Trésor, et François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et président de l’ACPR, et adressé à Jean-Pierre Denis, le président d’Arkéa, ils avertissent le groupe bancaire mutualiste : cette résolution, si elle devait être votée, serait « dénuée d’effet juridique ». Elle « n’a évidemment pas le pouvoir de créer un nouvel organe central ou de remettre en cause le fait que la CNCM est le seul et unique organe central du Crédit Mutuel ».

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Dans ce courrier révélé par Les Echos, Bercy et la Banque de France s’inquiètent également des conséquences d’un divorce sur « le coût de refinancement du Crédit Mutuel Arkéa », sur « l’évolution de ses exigences en fonds propres » et sur « l’utilisation de la marque ». Bref sur la solidité du groupe bancaire. Les pouvoir publics rejoignent en cela les préoccupations des syndicats représentatifs des salariés de la banque, qui ont écrit lundi aux administrateurs pour leur demander ne pas voter cette résolution.

Lire aussi : Crédit Mutuel : les syndicats d'Arkéa s'inquiètent des conséquences d'un divorce