BNP Paribas a enregistré un bénéfice net de 6,7 milliards d'euros en 2015, un an après avoir pâti d'une lourde amende aux Etats-Unis, et confirmé ses objectifs pour la période 2014/2016.

La banque française a également dévoilé de nouvelles ambitions pour sa banque de financement et d'investissement et vise notamment une augmentation de son résultat net avant impôt de 1,6 milliard d'euros entre 2015 et 2019, hors contraintes réglementaires, soit une progression d'environ 50% (il est ressorti à 3,3 milliards d'euros en 2015).

En 2014, le groupe avait réussi à terminer son exercice sur un maigre bénéfice net de 157 millions d'euros, malgré une sanction américaine de 6,6 milliards d'euros liée à la violation d'embargos économiques. La page est donc tournée pour la banque mais son résultat net de 2015 reste inférieur aux prévisions des analystes puisque ceux-ci s'attendaient à ce qu'il atteigne 6,9 milliards d'euros, selon le consensus établi par le fournisseur de données financières FactSet. Hors éléments exceptionnels, ce bénéfice s'élève à 7,3 milliards d'euros, porté par l'ensemble des métiers.

« Le groupe réalise une bonne performance opérationnelle avec des revenus qui progressent dans ses trois pôles », s'est félicité son directeur général, Jean-Laurent Bonnafé, cité dans un communiqué de la banque. Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) a pour sa part augmenté de 9,6%, à 42,9 milliards d'euros, un niveau légèrement supérieur aux attentes (42,8 milliards d'euros).

Accélérer sur la banque de financement et d'investissement

Ce sont les pôles « International Financial Services » (gestion d'actifs, assurance-vie, crédit conso et la filiale américaine Bancwest) et la banque de financement et d'investissement qui ont tiré leur épingle du jeu, avec des PNB respectivement en hausse de 14,5% et 13,2%.

Jusqu'à 80 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Pour cette dernière, BNP Paribas a dévoilé une première feuille de route pour la période 2016/2019, sans attendre son futur plan stratégique global qui couvrira les années 2017/2020 et sera préparé cette année. Outre la hausse du résultat net avant impôt, la banque française veut réduire les coûts de ce pôle d'au moins 1 milliard d'euros d'ici 2019 (hors coûts des réglementations et inflation) et y faire grimper ses revenus de plus de 2 milliards d'euros, en renforçant ses positions dans les zones Amériques et Asie-Pacifique par exemple.

Avant cela, le groupe a confirmé ses objectifs 2014/2016, au chapitre desquels figure notamment un retour sur fonds propres (ROE) d'au moins 10% sur la base d'un ratio de fonds propres « dur » (apports des actionnaires et bénéfices mis en réserve rapportés aux crédits consentis) de 10%.