Des informaticiens du groupe BPCE, qui coiffe les Caisses d'Épargne et les Banques populaires, ont été en grève jeudi pour dénoncer un projet de réorganisation, a-t-on appris auprès de SUD, à l'origine du mouvement social.

Seul signataire de l'appel à la grève, le syndicat s'est réjoui d'une « mobilisation qui laisse très clairement apparaître la non-adhésion à ce projet de démantèlement de l'informatique dans le groupe BPCE », avec des taux de grévistes atteignant 70% à Nancy, 45% à Bordeaux ou encore 25% à Lyon, selon ses estimations. Contactée par l'AFP, la direction de BPCE n'a pas souhaité commenter ces chiffres, mais a précisé que sur les trois entités impliquées dans le projet, une seule d'entre elles avait été concernée par la grève (IT-CE, qui compte 2.000 collaborateurs, NDLR).

L'entreprise a annoncé qu'elle voulait mutualiser sa production informatique au sein d'une société anonyme (SA), dans laquelle elle emploierait 1.200 des quelque 3.200 informaticiens du groupe. Les 2.000 autres salariés du groupe resteraient au poste qu'ils occupent actuellement. « Les personnes concernées par la formation de la future SA perdront leur statut actuel et seront affectés sur de nouveaux emplois », a déclaré à l'AFP Marc Brugnooge de SUD, deuxième syndicat de la Caisse d'Epargne. Le syndicaliste craint que les personnes qui refuseraient d'intégrer la nouvelle entité soient licenciées.

En guise de garanties, la direction a dit que le projet se traduirait par « le maintien dans l'emploi, la conservation de toutes les implantations actuelles et la mobilité des collaborateurs sur la base du volontariat ».

70 millions d'euros d'économies par an

Dans le même temps, les syndicats du groupe (CFTC, CFE-CGC, FO, SUD, Unsa) ont été convoqués jeudi par la direction pour discuter de ce projet de réorganisation. « Les négociations n'ont pas abouti, les organisations syndicales ont quitté la salle car la direction n'a pas répondu aux inquiétudes », a déclaré M. Brugnooge. Un comité d'entreprise extraordinaire se tiendra sur le sujet le 9 octobre, selon la même source.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le groupe BPCE souhaite transformer ses activités informatiques pour « développer l'efficacité industrielle du groupe » et « renforcer la qualité de service pour les clients ». Avec, à la clé, une économie financière de 70 millions d'euros par an.